Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 09:06
Apprentis 6Treizième spectacle, qu'ils disent! Et bien, pour la treizième fois, l'enthousiasme est toujours au rendez-vous! Ça décoiffe, du premier au dernier rang, les amis sont venus en famille, et tout le monde prend plaisir à rire de bon cœur, sans se prendre la tête.
Ce public bon enfant éclate au mondre bon mot, et, je vous garantis que ça fuse à chaque instant! Il est bon de passer un moment en oubliant le froid du dehors et s'offrir une pinte de rigolade. Evidemment, les puristes vous diront que les textes ne sont pas très "littéraires", que les ficelles sont grosses comme des cordes de hauban... mais qu'importe, pour du théâtre comme ça, le succès est là!
Des comédiens qui s'éclatent, entre "bourrique et canasson", comédie dite "maraîchère", tout cela fleure bon le terroir de nos campagnes, enfin, peut-être!Apprentis 5
Quant au lit, objet central dans "Quelle nuit!", il engendre une folle virée au pays des quiproquos, des portes et fenêtres qui claquent, des ventouses à déboucher et des grosses gretchen... c'est sûr, ce n'est pas très fin, mais alors, qu'est-ce qu'on rit!
Bravo à tous ces amateurs, du plus jeune au plus âgé, qui n"hésitent pas à délaisser le costard ou la robe de ville pour exhiber leurs plastiques pas toujours canon dans des caleçons à pois ou des marcels ringards!
Apprentis 1N'oublions pas bien entendu, tous les autres, ceux qu'on ne voit pas et font que tous ensemble, ils permettent que le spectacle fasse rire plusieurs centaines de spectateurs! Si vous n'avez pas encore vu, n"hésitez pas! Courez-y!
Apprentis 3

Apprentis 2








Apprentis 4




Apprentis 7























Apprentis 8Voici quelques photos, happées lors de la représentation... mais diantre que c'est difficile de figer ces diables de comédiens de Rembercourt, ils bougent tout le temps!Apprentis 9














Apprentis 11



Apprentis 10

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2009 2 08 /12 /décembre /2009 07:49
La pénombre s'installe doucement sur Bar le Duc... dans les rues, des enfants courent, des mamans suivent arc-boutées à la poussette du petit dernier... les barrières s'entrouvrent pour laisser passer ces retardataires... vite, dépêche-toi... il arrive... j'entends la musique... viens par là, on verra mieux...
Le défilé de Saint Nicolas est en marche... Depuis le hall des Brasseries, où le saint homme vient de délivrer pour la mille et unième fois les trois galopins prisonniers du saloir, le cortège s'est ébranlé, emmené par l'harmonie Municipale, toute de rouge vêtue, faisant résonner dans l'air doux de ce cinq décembre les plus connues des notes célébrant le saint patron de la Lorraine.




Devant la foule massée sur le boulevard, trompettes et tambours ouvrent un sillon pour faire place au premier char... Vernancourt avec sa planète Terre, Longeville et son hélicoptère, Savonnières et ses manants... un intermède avec ces grandes coquettes maniérées juchées sur des immenses échasses, qui toisent cette foule mouvante et joyeuse... puis c'est Behonne avec ses Dalton, Fains Véel et Cendrillon devant sa citrouille... l'Accordéon Club du Perthois et sa maison de pain d'épices, les Fous Volants sur leurs drôles de machines... Enfin, lui, le voilà, l'hôte suprême, le héros du jour, Saint Nicolas lui-même, dominant ses sujets, depuis le char préparé par le Chantier de la Suzanne et tiré par des rennes!























































Et au terme d'une folle randonnée à travers les rues de la cité, le cortège prend fin devant la mairie, où Saint Nicolas est reçu avec tous les honneurs dus à son rang par Madame le Maire! Du haut du balcon de l'Hôtel de Ville, il salue la foule compacte qui l'acclame avant de donner le signal du feu d'artifice!

















Partager cet article

Repost0
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 10:17
Allant au martyre, Sainte Cécile aurait, dit-on, entendu une musique céleste. L'argument est bien ténu, toujours est-il que la légende en a fait la patronne des musiciens, des luthiers et autres fabricants d'instruments de musique.
Mais point n'est besoin d'une assise solide pour perpétuer des traditions! Cela permet de se retrouver, entre membres d'une même confrérie, et ainsi de faire la fête. C'est aussi
l'occasion de montrer le savoir-faire acquis lors de l'exercice de sa passion... et de reformer, pour une démonstration publique, le groupe de passionnés de fanfare.
Ainsi, la Musique Départementale des Sapeurs Pompiers de la Meuse s'est-elle produite ce dimanche à Fains-Véel. Les morceaux se sont enchaînés au rythme des tambours, des cors et autres trompettes.
















Après la prestation sur la place de la Mairie à Fains, les joyeux lurons se sont rendus au pied de l'église Saint Martin du bourg de Véel, dont les citoyens fêtaient ce jour-là le saint patron.
Et le vent frisquet rasant de sa caresse acide les spectateurs refroidis n'a pas empêché l'ardeur des musiciens de faire résonner haut et fort les notes enthousiastes qui s'élevaient en tourbillon des caisses et des cornets
cuivrés!
Et, perdu au milieu de ses aînés, le petit poucet, pour lequel la valeur n'attend pas le nombre des années!



Partager cet article

Repost0
20 octobre 2009 2 20 /10 /octobre /2009 17:30
L'église de Trémont était en fête samedi soir et a résonné des belles voix du choeur A Choeur Joie venu emplir la nef des chants de leur riche répertoire.
Si l'air était un peu frais, je dirais même très frais, l'atmosphère a été réchauffée par les notes égrenées avec enthousiasme par les choristes.















Un verre partagé, accompagné de gâteaux, pains d'épices et brioches a permis à tous de se retrouver au chaud, avec l'association "Autour du Clocher" de Trémont.
Mais pour mieux revivre cette belle soirée, point n'est besoin de vain verbiage... il vaut mieux réécouter quelques-uns des titres retenus captifs dans les vidéos qui suivent...







Partager cet article

Repost0
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 07:41
Sur le parvis du Conseil Général, se jouait une pièce différente de celles habituellement produites lors des sessions de la docte assemblée... Balles de cristal et séquences mécaniques, poésie et légèreté... C'est Pich et son spectacle "Tout se passe debout", non loin du "Manège à Jipé", phénomène déjanté...
Plus bas, rue du Tribel, ce sont les "Batteurs de Pavés", venus de leur lointaine Suisse nous faire partager les alexandrins d'Edmond Rostand, revus et corrigés à la sauce d'aujourd'hui...










Place des Grangettes, petit coin intimiste, c'est le monde des enfants, avec"Le théâtre avec un nuage de lait", qui nous emmène, "Petit à petit", dans l'univers d'un petit bonhomme qui rêve de devenir grand... tout un programme!
Et capter l'attention des bébés, ce n'est pas si facile... et, petit à petit, le mobile s'enrichit et les yeux des petits spectateurs sont fascinés...
















Les parents sont conquis... et on passe d'une
compagnie à l'autre sans se lasser!







Et pendant les spectacles dédiés à ce petit monde, le coin animation, tout de couleurs fraîches, attend les petits festivaliers avides d'activités...
Et pendant ce temps, le silence sur le parvis de Saint Etienne, où "David et Léandre" déroulent leur spectacle sans parole sur leur grand drap de toile rouge...







A peine troublé par le passage incongru de la Cymbalobylette de la compagnie "Dynamogène", qui se prépare à déverser leurs boniments, rythmés de musique acoustique...















Et c'est dans cette église Saint Etienne, que résonnent le dimanche matin les voix des Choeurs d'Octavia et du choeur Montéclair de Langres pour la messe solennelle du compositeur Jean Barra, dit "Hottinet", maître de chapelle de la cathédrale Saint Mammès de Langres au XVIème siècle...

Et la guinguette! Elle se réveille pour des musiques actuelles et des soirées de rencontres, artistes et publics... Sur l'esplande du château, elle a déployé son chapiteau, pour accueillir, la nuit tombée, tous les fêtards et festivaliers de tout poil qui en redemandent, encore et encore...



















Et pour redescendre, pas besoin de voiture, on emprunte un petit chemin qui relie depuis des siècles ville haute et ville basse, sinuant entre jardins intimes, tour de l'Horloge illuminée et ruelle Saint Antoine secrète!



















Au festival RenaissanceS de Bar le Duc, on peut vraiment trouver de tout un peu et un peu de tout...




Partager cet article

Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 13:11
Voici quelques images, glanées ça et là, au hasard du marché du festival RenaissanceS... Tout n'y est pas, bien entendu! Mais cela permet de respirer encore un peu de l'atmosphère particulière de cette manifestation... Breloques et fourrures, broderies et saucissons, cuirs et jouets... Mais aussi des démonstrations de savoir-faire, depuis le maître verrier en passant par le potier, le tailleur de pierre ou le fondeur de métaux...













Métier à tisser et sorcières en tout genre...













Lutins aux grandes oreilles...












et coeurs à prendre...









cuirs de Cordoue... et peaux laineuses...

















terre magique, pour petits et grands...


























artistes peintres et métal fondu...














bâtisseurs de cathédrales...









et rêves d'enfants...


sandales et babouches...









saucisses et beaux jésus...













magie du verre...
et paille blonde...















places et courettes...



























jeux d'autrefois pour petits... et grands...





oies bavardes et criardes... en attendant leur prestation savante...

le potier et son bagout...

Partager cet article

Repost0
11 juillet 2009 6 11 /07 /juillet /2009 10:38
La Compagnie "Les Grooms", fanfare plutôt déjantée, nous a présenté Le King Arthur de Purcell et Dryden. De ce  monument de la musique anglaise, ils ont produit un spectacle décalé.
Mythe des chevaliers de la table ronde? Que nenni! mais une histoire d'amour: conquérir Emeline, jolie princesse aveugle pour contrôler la "Grande Bretagne"... lutte entre Arthur, chrétien, breton et Oswald, païen et saxon, deux enchanteurs Merlin et Osmond, chacun au service de l'un des rois...
Pas de fioritures de costumes, mais des gags visuels ou sonores à foison, le tout dans le superbe cadre du Collège Gilles de Trêves.


































Et pour savourer musique et ambiance, quelques extraits happés dans la douceur d'un soir d'été, dans la riche enceinte du Collège Gilles de Trêves...

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2009 4 09 /07 /juillet /2009 07:10
Depuis le parvis de l'Office du Tourisme, une joyeuse fanfare s'est déployée à travers les rues de la ville. Animée par la troupe "Les Grooms", le défilé  comique et musical a déroulé ses facéties sur le macadam, musique et loufoqueries attirant les Barisiens à se joindre à la fête.
A la salle des fêtes de l'Hôtel de Ville, après de nouvelles improvisations musicales et bondissantes, la troupe a laissé une place sur la scène à Nelly Jaquet, maire de Bar le Duc, pour lancer
officiellement et dignement le Festival RenaissanceS.
Hocine
Chabira, directeur du festival, nous a tous ensuite invités à participer à toutes les réjouissances concoctées pour les jours suivants.
Puis, place à la fête, avec quelques échantillons de belles voix, solo et duo... avant d'entendre l'ensemble choral de la Musique d'Ensemble du Barrois.





































































Dans la chaleur moite et étouffante, un petit jus de fruit est le bienvenu...


Et pour un petit aperçu... à voir et écouter...


Partager cet article

Repost0
7 juillet 2009 2 07 /07 /juillet /2009 12:33
Combien étaient-ils les curieux sur la place Reggio ce samedi soir? Combien étaient descendus des collines alentour? Combien avaient franchi les portes de la cité pour converger vers cette place, coeur de ville, hôte ce soir-là du spectacle phare du festival RenaissanceS? Sept mille dirent certains, dix mille dirent d'autres...Nul ne le sait avec précision, mais ce fut vraiment une marée humaine, avide de sensations, qui investit à la nuit tombée les dalles encores chaudes des rayons du soleil. 
La féérie commença lorsque l'obscurité envahit rues et ruelles, quand le crépuscule enveloppa de sa chape sombre et douce quartiers et venelles. Et là, surgirent des créatures de lumière, qui telles des feux follets, sortirent de l'ombre des ruelles et bousculèrent les spectateurs interloqués, se frayant un passage au travers de cette foule compacte.
Puis, voguant au-dessus des visages tendus et muets d'admiration des spectateurs, ce fut l'apparition superbe de poissons et autres crustacés, se disputant avec élégance, une délicate perle nacrée, échappée de son huître géante et flottant dans l'atmosphère irréelle de ce soir de juillet. La murène troublant la fête, ce fut un magnifique ballet
dans le ciel barisien.

















































































































Et Nicolas Oudinot, ébloui par ces évolutions magiques, n'en croyait pas ses yeux! Il ne put s'empêcher, considérant la foule à ses pieds de bronze, de penser à un certain douze juillet d'il y a tout juste deux cents ans, où il fut nommé maréchal...
Et si vous désirez vivre ou revivre un peu de ce beau moment, voici quelques minutes toutes en couleurs...


Partager cet article

Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 07:19
C'était la fête de la musique avant l'heure à la Côte Sainte-Catherine samedi après-midi. Et beaucoup de monde était de sortie pour accompagner les élèves des écoles qui avaient préparé, avec l'aide du CIM, des prestations originales, fruits d'un travail d'expression mené tout au long de l'année scolaire, dans le cadre du Plan Local d'Education Artistique. Depuis l'Espace Sainte Catherine, en passant par le centre social, la manifestation s'est déplacée vers le city-stade, puis a envahi le boulevard des Flandres avant de terminer sa course un peu folle sur la place Braudel.
Emaillé de danses, de chansons et de musiques diverses déversées par les apprentis musiciens du CIM, les Marbott's, les P'titCim's, l'ensemble de percussion, les ateliers Musique Actuelle, le défilé coloré a rassemblé une belle foule...
La Compagnie des Musiques en Mouvement et la fanfare Auprès de ma Blonde ont rythmé le trajet, l'animant de facéties sportives et musicales. Et la marionnette géante, La Blonde, a cristallisé les regards, surmontant de sa haute stature tout ce monde grouillant de vie à ses pieds! Chaque groupe, à sa façon, a tenu à rendre hommage à ses yeux bleus et à sa poitrine opulente, des violons aux percussions, des cuivres aux flûtes...














































































































Et dans le cuivre étincelant, la Côte...














La soirée s'est poursuivie en chansons, et toujours en musique!




Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Diana André
  • : Conseillère Régionale Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine depuis janvier 2016 et attachée plus que jamais à la défense et à la promotion de notre territoire, je m'efforce d'être force de propositions, d'accompagner les projets, d'initier des actions significatives de progrès pour tous les citoyens.Bien consciente qu'être à l'écoute ne suffit pas, je suis persuadée que c'est par l'action politique au service de tous que nous pourrons, que nous devons, "inventer demain".
  • Contact

Recherche