Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2009 4 26 /11 /novembre /2009 13:44

Encore un mauvais coup pour l'Ecole de la République!

Le Conseil Constitutionnel vient de valider la loi Carle sur le financement de la scolarisation des élèves dans un établissement privé sous contrat d’association d’une autre commune que celle de résidence.

Le législateur a décidé que l’argent public des administrés devait servir à financer les choix personnels de quelques familles.
Dans certaines communes, la somme à débourser chaque année sera conséquente, amputant d’autant son budget et sans doute celui dévolu à l’École publique.

Dans quel cas la commune doit-elle financer l’école privée ?

Concrètement, voici les cas où l'on doit, en tant que maire, payer pour une scolarisation dans une école privée hors de sa commune :

• Vous n’avez pas d’école publique, vous devrez payer dans tous les cas.

• Vous avez une école publique mais sans garderie ou sans cantine, vous devrez là aussi payer.

• Vous avez une école publique, avec garderie et cantine, vous devrez payer sans donner votre accord préalable pour l’inscription d’un frère ou d’une soeur dans un établissement scolaire privé de la même commune ou pour des raisons médicales.

    Si on peut toutefois, concernant la dérogation pour «raisons médicales», exiger toutes les preuves de cette situation ou à défaut la contester, pas d’esquive possible, en revanche, en ce qui concerne l’«astuce» de la dérogation pour cause de «fratrie». Celle-ci obligera à cette dépense obligatoire pour l’intégralité des enfants d’une famille sauf un, celui qui aura été inscrit dans le privé un an avant ses frères et soeurs.

    Cette dépense obligatoire concernera finalement un nombre important d’élèves et privera ainsi la commune de fonds à investir dans sa politique éducative locale, qu’elle soit scolaire ou extrascolaire.

    Nous assisterons ainsi à une hausse des charges pour le choix individuel de quelques-uns!

    Au prétexte de la liberté de l’enseignement, on conforte l’idée de marché scolaire et c’est un rapport concurrentiel, en l’occurrence faussé, que l’on favorise!

L’École publique doit rester notre priorité!

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 07:09
Jolie publicité hier sur l'Est Républicain! Vantant les mérites de la Meuse pour inciter à découvrir ce beau département, le Conseil Général a fait reproduire de superbes photos vues du ciel de quelques villages meusiens où il fait bon vivre...
En haut, à droite de cette magnifique double page, un petit encadré qui se veut joliment attractif, où l'on peut lire: Alain habite Verdun, il travaille à Paris trois jours par semaine. Heureusement, il connaît le RITM!

Heureux homme! Habiter à Verdun et travailler à Paris, et comble du bonheur, bénéficier du RITM!
Mais osera-t-on faire paraître ce petit encadré: Carole habite à Beurey sur Saulx, elle travaille à Saint Dizier. Malheureusement, elle ne connaît pas le RITM!
Ou encore cet autre: Lucien habite à Trémont sur Saulx, il n'a plus de voiture depuis longtemps, il veut rendre visite le samedi après-midi ou le dimanche à son épouse hospitalisée à Bar le Duc. Malheureusement, il ne connaît pas le RITM!
Eh oui, le RITM (Réseau Intermodal des Transports de la Meuse) n'existe pas pour tout le monde...
Vue du ciel, la Meuse est belle...
Vue du coeur des villages, la vie est nettement moins jolie...
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2009 5 11 /09 /septembre /2009 08:59
A l'heure où est instituée la taxe carbone, sensée selon ses initiateurs contribuer à sauver notre planète des dangers environnementaux qui la guettent, notre département s'est engagé sur le chemin d'une Nouvelle Ruralité.
"En Meuse, vivez une Nouvelle Ruralité"
Tel est le slogan choisi par le Conseil Général à la Foire de Verdun pour montrer "comment le département est en train de transformer ce qui était hier, considéré comme une faiblesse (ruralité, éloignement des centres urbains, peu d'industrie, département agricole...) en véritables atouts pour l'avenir de notre département et éléments de fierté et de richesse pour pérenniser notre identité [...] De nouvelles manières d'habiter en Meuse et d'y construire de nouveaux modes de vie."
Tout à fait d'accord, Monsieur le Président, sur les objectifs... Merci Monsieur le Président, cela va mieux en l'écrivant...
Alors, en ce qui concerne cette transformation,
voyons un peu ce que nous propose un cabinet rétribué à prix d'or pour nous concocter un schéma des transports,
que le groupe de gauche s'est refusé à cautionner.
Un schéma des transports donc,
conçu rien que pour la Meuse, (petite veinarde!), et promis, on n'a pas copié sur d'autres départements... on n'est pas comme ça... nos émoluments sont garants d'une absolue perfection dans la réflexion, dans la connaissance du terrain (si, si!) et en toute indépendance...
Je vais vous évoquer la situation dans la vallée de la Saulx, situation que je connais particulièrement bien.

***Dorénavant les villages ne bénéficient plus d'une ligne régulière susceptible de prendre en charge les usagers, mais disposent d'une ligne à la demande. Ce transport doit être commandé la veille au soir avant 17h00 pour le lendemain.
Soit... c'est une solution... mais quand on regarde les horaires, on voit que le seul passage obligé du véhicule se fait à 8h43 à Robert Espagne par exemple... très pratique pour les salariés qui commencent à 8h00 à Bar le Duc... pour le retour du matin, c'est aussi convaincant... le car part de Bar le Duc à 12h00... pratique aussi quand on quitte son travail à 12h00... donc pour se rendre au travail, on prend sa voiture personnelle, si on en a une...
L'horaire de passage le matin est pratique pour les rendez-vous médicaux, le marché... soit...
Mais pour celui de l'après-midi... passage à 13h49 à Trémont, correct me direz-vous, d'accord, mais pour le retour... départ de Bar le Duc à 19h10... que pensent les personnes âgées de cet horaire si tardif?
C'est ça la Nouvelle Ruralité voulue par les élus de la majorité du Conseil Général de la Meuse!
*** A la plate-forme de la gare routière lundi, une ado désemparée nous interpelle, nous demandant où est le car pour Lisle en Rigault? Elle est en stage aux Ecuries de Jeand'Heurs... plus de car, ma pauvre, et même pas la possibilité du transport à la demande, dans ce sens-là, à cette heure-là, ça n'existe pas...
C'est ça la Nouvelle Ruralité pour les élus de la majorité du Conseil Général de la Meuse!
Si on veut que le transport à la demande soit efficace, dispense de prendre sa voiture et réponde vraiment aux besoins de la population rurale, encore faudrait-il une offre d'horaires plus riche et plus réfléchie.
*** Autre situation: j'habite à Beurey sur Saulx, mon fils est en apprentissage à Saint Dizier, l'an dernier, il prenait le bus sans problème. Aujourd'hui, plus de ligne régulière, pas de transport à la demande dans ce sens... je prends ma voiture, car j'ai la chance d'en posséder une, j'ai la chance d'être pour le moment disponible et je l'emmène jusqu'à Saudrupt, là où la seule ligne régulière du secteur existe encore... et comble d'ironie, je paie le ticket 4 € alors que l'an dernier je payais 3 € et que je ne sortais pas ma voiture... Résultat: je brûle du carburant, que je vais payer plus cher "because" taxe carbone, je paie 2 euros de plus par jour (eh oui, il faut bien revenir... dans cette douce vallée de la Saulx...). Il est évident que tout ça, c'est bon pour la planète et pour le porte-monnaie...
C'est ça la Nouvelle Ruralité voulue par les élus de la majorité du Conseil Général de la Meuse!

*** Réponse du service des transports: lors du vote du nouveau schéma des transports, les élus (je rajoute les élus de la majorité!) ont décidé que c'est aux communautés de communes de régler le problème et de proposer du transport à la demande vers les lignes de rabattement... ben voyons... aidées par le Conseil Général pour la logistique... merci beaucoup Monseigneur... et royalement soutenue financièrement à hauteur de 50% du déficit d'exploitation... re-merci, Monseigneur! Sire, votre Majesté est trop bonne!... Quelle jolie botte en touche pour rendre les CODECOM responsables du marasme!
*** Autre situation: des citoyens de Combles travaillent à Saint Dizier (non, non, ce n'est pas aberrant!)... La ligne régulière Bar le Duc Saint Dizier passe sur la route nationale, en bas du village... mais ne s'arrête plus... trop d'arrêts allongeant considérablement le parcours (il est vrai que pour monter deux personnes...).
Surtout que là, un arrêt supplémentaire ne coûte rien...Le car ne s'arrête donc qu'à Brillon. Que doit-on faire alors? Prendre sa voiture pour aller à Brillon? Et prendre ce foutu car à l'arrêt programmé et payer son ticket? Ou continuer avec sa voiture jusque Saint Dizier?
C'est ça la Nouvelle Ruralité voulue par les élus de la majorité du Conseil Général de la Meuse!

Certes, il fallait faire des économies, de cela nous sommes tous conscients, mais il fallait faire d'autres choix, dans d'autres domaines...
Pénaliser les usagers n'est sûrement pas la meilleure méthode pour redresser la barre et faire miroiter sur tous les fronts l'émergence de cette Nouvelle Ruralité, voulue par les élus de la majorité de l'exécutif départemental, et présentée dans ses plus beaux atours à la Foire de Verdun...

Sous les dentelles et les affichages miroitants, il est une réalité plus vraie, celle de la ruralité meusienne, celle des travailleurs sans voiture, celle des personnes âgées, celle des familles qui ont choisi les villages pour leur qualité de vie... pour combien de temps encore?
Partager cet article
Repost0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 12:24
Lors de la séance de jeudi 14 mai, l'assemblée départementale examinait le réglement départemental des transports.
Et nous n'étions pas là pour revenir sur le vote du schéma du 20 novembre 2008... contre lequel nous nous étions fortement opposés. Je rappelle cette mouture concoctée par un cabinet conseil, rémunéré pour cela à prix d'or:
- un noyau dur de 9 lignes régulières entre les différentes villes du département, le tout faisant fi des liaisons jusqu'à présent opérationnelles, reliant les villages à ces mêmes villes et d'un réseau de transports scolaires, accessibles aux usagers commerciaux
- un réseau départemental complémentaire de 14 lignes virtuelles de transport à la demande permettant un rabattement vers le réseau structurant
La séance avait pour but donc de finaliser le nouveau règlement.
En ce qui concerne le transport scolaire, la nouveauté à partir de cette rentrée est de faire payer les familles (30 € pour le 1er enfant, 20 € pour le 2ème, 10 € pour le 3ème), en un mot, fin donc de la gratuité... c'est ce que l'on appelle solidarité...
Autre nouveauté: plus de participation départementale pour les déplacements pédagogiques des élèves du 1er degré... c'est ce qu'on appelle solidarité...
En ce qui concerne le transport commercial, les tarifs augmentent, bien entendu, et passent pour un voyage simple à 4 €... soit une augmentation de 30%... c'est ce qu'on appelle solidarité...
Et, cerise sur le gâteau, le transport zonal à la demande ne sera assuré par le Conseil Général que pendant deux ans... laissant aux intercommunalités le soin de préparer la prise en charge de ce service, aidées en cela d'une façon royale par le Département (qui rappelons-le détient la compétence transports), pour la mise en place à hauteur de 50% du déficit d'exploitation, plafonné à 20 000 € par territoire... c'est ce qu'on appelle solidarité...
De quoi avoir envie de s'installer dans un charmant petit village à la campagne... plus de sortie piscine ou de déplacements pédagogiques pour les écoliers... obligation, quand on est sans voiture, de faire appel pour aller en ville... mais non, tout ceci n'est que balivernes... la commune, la communauté de communes y pourvoiront... selon leurs moyens!
C'est ce que l'on appelle la solidarité entre territoires, à la sauce CG 55!
A lire également sur le blog de mon collègue du canton de Gondrecourt, Daniel Lhuillier...
Partager cet article
Repost0
19 mai 2009 2 19 /05 /mai /2009 08:37
Jeudi a été voté le le dispositif de Revenu de Solidarité Active.
On peut souligner les objectifs louables de Martin Hirsch pour améliorer les conditions de vie des travailleurs pauvres et favoriser le retour à l'emploi.
Mais on peut s'interroger sur le type de ces emplois qui sont susceptibles d'être proposés. Quand on voit à la télévision cette "publicité" réalisée par l'Etat, où une personne est très contente de pouvoir faire quelques heures dans une maison de retraite, et qui voit donc son revenu augmenter dans le cadre du RSA dit "chapeau", combien vont trouver un emploi à temps plein, pour vraiment sortir du marasme dont ils ont peine à sortir? On peut craindre que le dispositif ne soit qu'un pis aller, pour ouvrir une fenêtre sur de l'emploi partiel ou précaire, celui que les entreprises priviligieront ...
On peut aussi se demander ce qu'il adviendra du sort des personnes, qui malgré l'accompagnement et le suivi n'auront pas trouvé un emploi sûr au bout d'un an, le volet social étant limité à une durée de 12 mois...
Evidemment, ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain, si j'ose m'exprimer ainsi... attendons et voyons...
Ce qui a motivé notre refus d'adhérer au rapport présenté ce jour, à nous groupe de gauche, ce n'est bien sûr pas la teneur de la loi... mais bien les modalités du dispositif présenté par les services du Conseil Général, qui ne fait nulle part mention d'un quelconque financement pour les CIAS ou autres CCAS qui assuraient jusqu'à maintenant le suivi du RMI sur le terrain. Ceux-ci bénéficiaient jusqu'à maintenant d'une contribution de 130 € par dossier. Or, l'exécutif a refusé d'évoquer ce sujet lors de la séance... laissant à la prochaine Commission Permanente le soin d'en délibérer...
On peut penser, en l'état, que ce sera aux communes et communautés de communes de supporter le poids du financement de ce suivi... donc affaire à suivre...

Et le Président, de fustiger ces élus, qui s'opposent au rapport, lançant le mot SOLIDARITE! En tout cas, pas la solidarité du Conseil Général qui sait admirablement se défausser sur les collectivités locales, tout en faisant mine de montrer une image vertueuse...

A lire également sur le blog de mon collègue du canton de Gondrecourt, Daniel Lhuillier...
Partager cet article
Repost0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 08:10
"OUI, NOUS LOUONS AUSSI AUX FEMMES"... tels sont les mots d'appel de la Société SIXT, loueur de voitures... et s'ensuivent sur le site de la dite société, des images de voitures en mauvaise posture, qui a priori, si comme le laisse sous-entendre ce gros titre, auraient été conduites par des femmes... là, bien sûr, tout visiteur du WEB va sans doute le croire!!!
Et, ensuite, pirouette, d'une haute condescendance faussement respectueuse, on signale que
"BIEN SUR, SIXT LOUE AUSSI AUX FEMMES, VOIRE DE PREFERENCE AUX FEMMES, EN EFFET ELLES ONT STATISTIQUEMENT 3,5 FOIS MOINS D'ACCIDENTS GRAVES QUE LES HOMMES"...

Que ne ferait-on pas pour faire tourner son fond de commerce! Chapeau bas pour cette vile imagination!
Vous en connaissez, vous, des véhicules d'"homme", sans éraflures, sans "jetons" dans les portières... non, mais eux... c'est l'autre, celui d'en face...
Partager cet article
Repost0
8 mai 2009 5 08 /05 /mai /2009 18:49
Notre président s'est déplacé à Sainte Maxime pour une commémoration de grande envergure, avec pour principal objectif de rendre hommage à tous ces combattants originaires de nos ex-colonies d'Afrique ou d'ailleurs, chair à canon bon marché, qui a donné son sang pour notre Mère-Patrie... Grand cirque médiatique, marine et aviation en grande tenue, discours plein d'empathie et de belles envolées lyriques...
Mais, où est la reconnaissance de la nation, cette nation dont on est si fier, qui respecte tant les droits de l'homme...
"courage admirable", "sacrifice"... Quel crédit de sincérité accorder à ces paroles? De belles paroles dont doivent se contenter ces anciens combattants pour tout remerciement pour leurs souffrances et leurs blessures...
Quand un ancien combattant français perçoit environ 600 €, un ancien combattant sénégalais touche 159 €.

Goumiers, zouaves, tabors, tirailleurs ou spahis, agenouillez-vous et écoutez la bonne parole... on vous aime, on vous honore, on vous remercie... mais des espèces sonnantes et trébuchantes, fi donc, qu'est-ce que cela! point de problèmes d'argent entre nous... d'ailleurs, vous vivez suffisamment bien, chez vous, là-bas, de l'autre côté des mers,  avec l'aumône que vous distribue royalement ce bon peuple français, que vous avez été appelé à défendre, en première ligne ... (et si vous avez la malchance de résider dans ce beau pays de France, vous pouvez toujours repartir...).

Votre sang, versé pour la patrie d'alors, n'a sûrement pas la même valeur... mais le bleu, le blanc et le rouge vous allaient si bien...

Partager cet article
Repost0
7 mai 2009 4 07 /05 /mai /2009 08:00
Chaque année des millions de personnes dans le monde attrapent la grippe sans être vaccinés.
Parfois fatale sur des sujets fragiles, la grippe, quel qu'en soit le virus, est en général sans conséquence, y compris sans anti-viraux. Les risques se situent au niveau des surinfections et là, ce n'est pas le Tamiflu qu'il faut mais un traitement antibiotique tout à fait classique. Nous disposons pour cela de moyens sans comparaison avec ce qui était disponible au début du siècle dernier lors de l'épidémie de grippe espagnole (du moins nous dans les pays riches, pour beaucoup d'autres il n'en va pas de même).
Pandémie? dans son bulletin de surveillance de la grippe en date du 16 avril 2009, l'Institut national de Veille Sanitaire fait état de 77 décès sur le territoire français pour la saison 2008-2009, parmi lesquels deux enfants de deux ans et quatre âgés d'une dizaine d'années. Personne n'a évoqué de possible pandémie pour ces cas-là...

Mais elle est bien utile cette pandémie: ça évite de parler d'autre chose, notamment de la crise et de ses conséquences.

Le 3 mai 2009, l'OMS annonce 787 cas de grippe nord-américaine dans le monde ; 19 personnes en seraient décédées au Mexique et une aux Etats-Unis. Y a-t-il de quoi s'inquiéter ? On est en droit de se demander à qui profite la surmédiatisation de cette épidémie. Des esprits mal tournés pourraient y voir une manoeuvre pour vendre des millions d'antiviraux et de vaccins.
Il faut savoir que l'industrie pharmaceutique se prépare depuis des années à cet événement.
En 2005, 7 milliards de dollars ont été alloués par l'Etat américain en prévision de la
pandémie. Trois milliards étaient destinés à la recherche d'un vaccin. Il était temps de
rentabiliser ces investissements.
C'est bon pour l'image des "responsables" politiques qui prennent une pose avantageuse... pour l'OMS qui cherche à justifier son budget et surtout pour l'industrie pharmaceutique qui s'apprête capitaliser des recettes confortables. Le 9 mars, Sanofi-Aventis annonçait la signature d'un contrat avec les autorités mexicaines pour la construction d'une usine de production de vaccin contre la grippe, représentant un investissement de 100 millions d'euros."Cette usine constituera un atout de santé publique, pour les Mexicains ainsi que pour l'Amérique Latine, dans le cadre de la préparation à la pandémie grippale."

En attendant que le vaccin soit prêt, le groupe Roche pourra commercialiser son Tamiflu, médicament qui a connu un déclin après 2008, des souches de H5N1 sont devenant résistantes... mais fonctionnerait sur le H1N1... La production désormais réservée aux hôpitaux permettent de renouveler le stock périmé, aux frais de l'état... Mais comme la santé n'a pas de prix, les Français mettront la main à la poche sans trop y regarder...


Les laboratoires, me direz-vous, c'est des milliers d'emplois... c'est surtout des milliards de dollars ou d'euros engrangés par les dirigeants...


Partager cet article
Repost0
18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 17:24








Dépouilles indécentes livrées à la République,

Flasques et molles sur blanches dalles préfectorales,
Victimes des Robins, las de leurs folles cavales,
Aux yeux des passants, elles se montrent impudiques.

Tous poils ensanglantés et les globes vitreux,
Elles reposent, écartelées, les chairs meurtries,
Livrées dans leur triste et coupable nudité,
Aux assauts des citadins voyeurs et curieux.
Partager cet article
Repost0
9 avril 2009 4 09 /04 /avril /2009 08:03
Quand l'eau déborde de la casserole, et tombe en gouttelettes sur la flamme, celle-ci change de couleur et menace de s'éteindre... avant de se pâmer en un "splitch", prévenant d'une future explosion.
Mais il est des gouttes qui se mêlent au gaz avec un plaisir infini, pour une pétillance légère et dansante, il est des gouttes qui se métamorphosent, se transforment et se subliment en million d'euros, et là, le gaz est dans l'eau, comme autant de bulles de bien-être et de volupté...
une véritable "Dolce Vita"... pour Monsieur Cirelli qui méritait bien de soir sa rémunération alignée sur celle de ses alter ego du CAC 40...
C'est Ferdinand, qui doit en soupirer d'aise, il est loin le temps du canal entre Méditerranée et Mer Rouge, ce n'est plus qu'une histoire d'eau gazeuse, dans une bouteille grand luxe...
Et,
au fond de la bouteille, point de Dépôts qui risquent de s'évaporer, ce n'est pas comme à la Caisse homonyme, bras armé financier de l'Etat...
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Diana André
  • : Conseillère Régionale Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine depuis janvier 2016 et attachée plus que jamais à la défense et à la promotion de notre territoire, je m'efforce d'être force de propositions, d'accompagner les projets, d'initier des actions significatives de progrès pour tous les citoyens.Bien consciente qu'être à l'écoute ne suffit pas, je suis persuadée que c'est par l'action politique au service de tous que nous pourrons, que nous devons, "inventer demain".
  • Contact

Recherche