Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 13:09

reformeRytmesSco.jpgEncore des Parisiens qui font la une des journaux... les enseignants du primaire de la ville de Paris... Sous prétexte que les enfants sont fatigués le vendredi, ils s'élèvent contre le futur décret de réorganisation de la semaine scolaire... et la trop grande rapidité avec laquelle tout cela se met en place. Le temps ne fait rien à l'affaire. Les récalcitrants traîneront toujours les mêmes arguments, que ce soit en 2014 ou en 2015 ou après...

On peut penser que ces enseignants parisiens craignent surtout de voir échapper quelques-uns des "privilèges" qui facilitent leur prise en charge des élèves (en particulier intervention systématique d'intervenants de la ville pour dispenser cours de musique, d'arts visuels, de sport) et dont ne bénéficient pas les enseignants de France et de Navarre.

Alléger la journée purement "enseignement" des enfants nécessite de repenser ses pratiques et peut-être effectivement de voir ses horaires d'adulte modifiés. Une demi-journée de plus pour les enseignants n'est certes pas une nouvelle agréable pour ces nantis de la capitale... Mais n'en doutons pas, leurs intérêts seront préservés...

C'est franchement désolant! Comment veut-on réformer quoi que ce soit quand s'élèvent systématiquement les voix de ceux qui se sont confortablement installés dans un cocon égoïste? Où est l'intérêt des enfants dans cette vaste entreprise de critiques démagogiques?

Il revient à chaque partenaire (enseignants, collectivités, parents) intervenant dans cette si belle mission que représente l'EDUCATION de prendre ses marques et de tout faire pour que la semaine scolaire soit équilibrée, harmonieuse et offre à tout enfant les conditions les plus adéquates afin que chacun y trouve le chemin d'un épanouissement personnel au service de son avenir.

Partager cet article
Repost0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 13:27

logo_france_2.jpgOn s'attendait, en ce dimanche d'Epiphanie, même si l'on n'est pas accro à des fêtes religieuses, à visualiser sur notre écran de jolies photos de galettes et de fèves toutes plus originales les unes que les autres. Mais non...

Le regard rivé sur les actualités de France 2 (ben oui, si on zappe la une, on arrive sur la 2...), je découvre avec avidité les nouvelles du jour. Et je me régale, que du bon, que du beau, que du "classe"!

Premier reportage: partage de repas chez Poutine avec la star du moment, photo en gros plan du nouveau et joli passeport donnant acte de cette citoyenneté dans une si grande et si remarquable démocratie. Il nous manquait la star de la Madrague qui veut léguer son statut d'icône (mot qui a priori n'aurait aucun rapport avec celui qui répond à cette définition du petit Larousse: Populaire. Stupidité. Parole, action idiotes, stupides) à la grande Russie... cela aurait complété le tableau! (Je n'ose vous faire part de la réflexion d'un de mes amis hier à propos de ces représentants de la culture française... mais un jour sûrement je la replacerai, quand la coupe sera pleine!)

Deuxième reportage: polémique du moment concernant le mariage pour tous, mettant en exergue la prise de parole de notre ministre Vallaud Belkacem en visite dans un établissement scolaire et répondant de façon tout à fait soft à une question posée, puis celle de Christine Bouttin en remettant une couche, fustigeant le courrier de rappel, courrier tout à fait logique du ministre Peillon aux établissements privés, puis celle de parents d'élèves d'école privée...13_heures_France_2_logo_2004.png

Troisième reportage: un extrait d'une émission d'Europe 1 recevant notre ministre Cahuzac et relatant uniquement ses réponses quant aux accusations le concernant personnellement (pourtant toute son intervention méritait un coup de projecteur autrement intéressant pour les Français et leur avenir)

Quatrième reportage: le discours du président Assad

Cinquième reportage: la "chaleur" "extraordinaire" sur la côte méditerranéenne où l'on voit des plaisanciers sur leur voilier... ah! ils en ont de la chance (d'être en vacances, d'avoir un bateau, d'avoir des sous, d'avoir du soleil, d'être au bord de la mer...) certes du soleil, mais aussi des gamins emmitouflés jusqu'aux yeux et de rares touristes en blouson et écharpe aux terrasses des cafés.

Et cerise sur le gâteau, enfin du sport!!! Ouah, du sport!!! Le Dakar, où vont être engloutis des millions d'euros, le foot, le foot et encore le foot avec la vedette du moment, Zlatan, ah le beau Suédois et ses tatouages de rêve, qui laisse déjà à la postérité un verbe à son effigie...

Voilà pour les actualités de ce jour... des actualités qui sont censées informer les Français, des actualités qui sont censées leur faire comprendre le monde, des actualités qui sont censées apporter des réponses à leurs interrogations.

Nous avons droit au "people", nous avons droit à la polémique et la mauvaise foi outrancière, nous avons droit à nous pâmer devant des débordements indécents...

C'est notre télévision publique...

J'aurais mieux fait de regarder une compilation de "Scènes de ménage", au moins j'aurais rigolé sans penser à rien!

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 10:27

Relayé volontiers, du non évènement paru dans les éditions médias de ce jour: "Le président Vladimir Poutine a accordé jeudi 3 janvier la citoyenneté russe à l'acteur français Gérard Depardieu."

Et ben, on est bien content pour lui!

"[...]Vil camus, sot camard, tête plate, apprenez

Que je m’enorgueillis d’un pareil appendice,

Attendu qu’un grand nez est proprement l’indice

D’un homme affable, bon courtois, spirituel,

Libéral, courageux, tel que je suis, et tel

Qu'il vous est interdit à jamais de vous croire,

Déplorable maraud ! [...]"

(Edmond Rostand)

Chacun n'est certes pas toujours doté de l'appendice qu'il aurait voulu, mais dans le cas précis du grand "gégé", celui (mais lequel donc?) dont il est affublé ne fait pas forcément affabilité, courtoisie, spiritualité, libéralité et courage chez son détenteur... loin s'en faut! C'est là qu'on reconnaît les grands acteurs, ceux qui peuvent tout jouer et faire croire un moment à toutes ces qualités d'honnête homme. Sitôt le costume retiré, on retrouve la trivialité, le dédain pour les petites gens et l'appétit pour les gros sous! Et ça, c'est un sacré rôle qui ne coûte aucun effort de composition, qui s'endosse sans répétitions pénibles, qui fait appel à un naturel tout simple!

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2013 3 02 /01 /janvier /2013 20:04

Je vais revenir, une fois n'est pas coutume, sur l'actualité brûlante des derniers jours, celle qui fait la part belle encore une fois à tous ceux qui ne se lassent pas de hurler avec les loups. Vous avez tous entendu parler de cette chose, le "mur budgétaire", dont la presse des Etats Unis nous a régalés jusqu'à cette Saint Sylvestre.

Un accord de dernière minute a pu stopper cette inflation médiatique. Un accord qui permet de hausser les impôts des plus aisés et de ne pas laisser les classes moyennes supporter seules les efforts fiscaux. Ainsi donc, aux Etats Unis, on peut donc comprendre que les plus nantis puissent contribuer à prendre leur part, en rapport avec leur revenus.

En France... que nenni... les bien pensants se réjouissent que la mesure de taxation à 75% de la partie supérieure à un million d'euros de nos compatriotes ait été retoquée par le Conseil Constitutionnel.

Pauvre France... celle qui pleure dès que l'on touche aux salaires et aux primes des footballeurs, vous savez, ceux qui pour quelques centaines de milliers d'euros aiment courir derrière un ballon... celle qui pleure à l'idée que l'on puisse s'intéresser aux rétributions de ces acteurs qui brillent sur nos écrans...salaires et primes qui viennent certes du mécénat ou des producteurs mais aussi de l'argent public (via collectivités diverses, CNC ou télévision publique, j'en passe...) qui a sa large part dans le soutien des clubs sportifs et de l'industrie du cinéma...

Que chacun contribue pour un temps au redressement du pays ne semble pas de bon goût et il est bon de crier haro systématiquement sur toute décision politiquement incorrecte aux dires des aboyeurs.

Qu'en pensent le retraité et la mamie avec le minimum vieillesse? Qu'en pensent le chômeur en fin de droits et le petit salarié au SMIC? Ceux-ci ne font pas d'écho dans nos médias nationaux ou régionaux.

Il est de bon ton de toujours s'opposer, il est de bon ton de tout dénigrer... il vaut mieux relayer les critiques et les torrents d'amertume ou de rancœur... cela fait vendre...

Bien souvent des mesures et des innovations nous sont venues des Amériques, pas toujours bonnes à prendre sûrement... mais celle qui a fait le consensus outre atlantique, on pourrait s'en inspirer...

Au fait, en êtes-vous, de ceux qui auraient été taxés? Et ben moi, j'aurais bien aimé en être!

Partager cet article
Repost0
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 07:23

Un article écrit par Gérard Filoche, inspecteur du travail...

"Le “vrai” travail ? Celui des 600 accidents mortels, des 700 suicides, des 4500 mutilés au travail par an ? Celui des droits violés, des licenciements sans motif et des heures supp’ impayées ?

Le « vrai » travail ? Celui des maladies professionnelles, des 100 000 morts de l’amiante, TMS, surdité, cancers, qui augmentent, sont sous-déclarées, sous réparées.

Le « vrai » travail ? Celui dont Sarkozy a diminué le niveau des indemnités journalières en cas d’arrêt forcé pour accident du travail ?

Le “vrai” travail ? 150 000 accidents cardiaques et 100 000 accidents vasculaires par an dont entre 1/3 et 50 % liés au travail…

Le “vrai” travail ? Ce jeune ascensoriste de 26 ans écrasé par l’engin qu’il réparait, à cause de la compétition sauvage « libre et non faussée » entre Otis, Koné, Schindler et Thyssen

Le “vrai” travail ? Et les milliers d’ouvriers désamianteurs que Sarkozy laisse en ce moment mourir sans protection par refus d’un moratoire alors que de récentes études scientifiques ont découvert des nouvelles fibres cancérogénes ?

Le « vrai » travail ? Celui de l’ouvrier de 55 ans devant son marteau piqueur ? De l’instituteur de 62 ans pour sa 41e rentrée devant sa classe d’enfants ? De l’infirmière qui soigne encore à 65 ans ? De ceux pour lesquels le travail est devenu si pénible physiquement et mentalement depuis le report de l’âge de la retraite ?

Le “vrai” travail ? Celui des mini-jobs, des stages, des 800 000 emplois saisonniers, des millions d’intérims et de CDD à répétition ? Celui des millions de précaires ? « La vie, la santé, l’amour sont précaires… pourquoi le travail ne le serait-il pas? » (Parisot)

Le « vrai » travail ? Celui des millions de travailleurs pauvres qui n’arrivent pas à se loger et à vivre décemment avec leurs salaires, ceux qui dorment dans mobiles homes, qui mangent des pâtes à partir du 10 du mois, et n’ont de la viande que 3 fois par mois, que les « franchises » empêchent d’aller chez le toubib, et qui ne peuvent se payer ni le dentiste ni des lunettes ?

Le “vrai” travail ? Celui des travailleurs handicapés exclus du dispositif retraite anticipée et pour lesquels les patrons paient une faible taxe plutôt que de les embaucher

Le « vrai » travail ? Celui du milliard d’heures supplémentaires non déclarées, non majorées, non payées attribuées à ceux qui ont un boulot au détriment de ceux qui n’en ont pas ?

Le « vrai » travail ? Celui des femmes qui gagnent 27 % de moins que les hommes ? 85 % des temps partiels sont des femmes non qualifiées, ont elles un « vrai » travail ?

Le « vrai » travail ? Celui des jeunes à 25 % au chômage et à 80 % en CDD ?

Le « vrai » travail ? Celui des immigrés, forcés à bosser sans droits et sans papiers par des esclavagistes et marchands de sommeil bien franchouillards ?

Le « vrai » travail ? Celui des seniors licenciés, 2 sur 3 à partir de 55 ans et qui ne peuvent cotiser que 35 annuités alors que 42 sont exigés dorénavant pour une retraite décente ?

Le « vrai » travail ? Celui du partage féroce et forcé du temps de travail entre sur-travail sous-travail et sans-travail, avec des centaines de millions d’heures supplémentaires, trois millions de temps partiels à 60 % subi, cinq millions de chômeurs ?

Le « vrai » travail ? Celui des 1 à 4 millions de travailleurs du dimanche (essentiellement des femmes pauvres et précaires), des 4,3 millions qui travaillent de nuit, de ceux qui subissent des horaires postés, 3X8, 4X8, modulés, annualisés, flexibilisés au détriment de leur vie de famille ?

Le « vrai » travail ? Celui des restaurateurs dont 1 sur 4 utilisent des clandestins, non déclarés dans le fond de leur cuisine ?

Le “vrai” travail ? Celui d’exploitants agricoles qui tuent des inspecteurs du travail pour pouvoir abuser d’immigrés clandestins ? Tandis que des petits agriculteurs et ouvriers agricoles exploités par les intermédiaires et grands commerces survivent dans la misère.

Le “vrai” travail ? Celui des manœuvres, la « viande » que méprisent les contremaîtres dans les grosses entreprises de BTP ?

Le “vrai” travail contre le droit du travail ? Celui qui ne fait jamais grève, qu’on ne voit jamais manifester, qui n’est pas syndiqué, qui piétine son collègue ? Le pauvre exploité apeuré qui souffre, se tait, et approuve son patron comme une dinde qui vote pour Noël ?

Le “vrai” travail « sans statut » ? « La liberté de penser s’arrête là où commence le Code du travail » selon Mme Parisot. Et la mise à mort du statut de la Fonction publique par une « RGPP » indigne ?

Le « vrai » travail ? Pas celui des fonctionnaires, car naturellement ces gens-là ne travaillent pas… ce sont des boulets improductifs selon Sarkozy.

Le « vrai » travail… sans loi ? Celui sans état de droit dans les entreprises, sans protection des contrats, sans promotion dans les carrières, sans garantie de l’emploi ?

Le « vrai » travail sans protection sociale ? Sans salaire brut, sans cotisations, ce que Sarkozy rebaptise « charges sociales » et qu’il veut abaisser, le Medef réclamant leur suppression?

Le « vrai » travail ? Celui des conventions collectives, vieillies, foulées aux pieds par un patronat qui ne les négocient plus ?

Le “vrai” travail sans syndicat ? Mais sans syndicat, il n’y aurait rien, pas de Smic, pas de durée légale, pas de congés payés, pas de sécurité sociale, pas de code du travail.

Le « vrai » travail ? Sans CHSCT, sans hygiène sécurité, sans médecine du travail renforcée et indépendante, sans inspection du travail, alors que Sarkozy a affaibli toutes ces institutions ?

Le « vrai » travail ? Celui sans délégué du personnel, sans comité d’entreprise, sans CHSCT, sans institution représentative du personnel ?

Le “vrai” travail ? à France Télécoms, des dizaines de suicides, faute inexcusable du patron de combat qui licencie, stresse, harcèle, casse.

Le “vrai” travail ? Parlons en ! Stress, risques psychosociaux, harcèlement, souffrances, suicides, chantage à l’emploi, management de combat ?

Le « vrai » travail ? Celui sans justice qui remet en cause les élections prud’hommes et taxe de 35 euros ceux qui sont obligés de les saisir pour faire valoir leurs droits

Le “vrai” travail ? Les travaux les plus durs sont les plus mal payés, restauration, nettoyage, transports, entretien, industrie. Dans le bâtiment, 1,1 million bossent surexploités, maltraités, mal payés, accidentés, et meurent sans retraite.

Le « vrai » travail ? Celui des 900 000 foutus dehors par « rupture conventionnelle » de gré à gré sans motif et sans mesure sociale ?

Le « vrai » travail ? Celui soumis au chantage à l’emploi, aux licenciements sans cause réelle et sérieuse, abusifs, boursiers et incontrôlés ?

Le « vrai » travail ? Celui soumis à la spéculation de la finance, des fonds de pension cyniques et rapaces, celui des Molex, de Sea France, de Gandrange et Florange, de Continental, Freescale, de Lejaby, de Pétroplus, ou des Fonderies du Poitou, de toutes celles et ceux qui ont du se battre pour le garder ?

Le « vrai » travail ? Celui des auto-entrepreneurs, un million en théorie, la moitié en réalité, qui se font exploiter comme faux salariés, à bas prix et sans protection sociale ?

Le « vrai » travail ? Celui des fausses externalisations, de la fausse sous-traitance, du marchandage, du prêt illicite de main d’oeuvre, des marchés truqués ?

Le “vrai” travail ? Celui qui bosse dur pour survivre misérablement ou celui qui exploite dur les autres pour vivre dans des villas dorées, avec des millions d’euros cachés aux Iles Caïman ?

Le “vrai” travail ? Celui des actionnaires, des rentiers, des riches, des spéculateurs, traders ou autres banksters du Fouquet’s qui gagnent 600 SMIC par an en dormant ?

Le travail n’a jamais enrichi personne, ce qui enrichit c’est d’exploiter le « vrai » travail des autres.

Le « vrai » travail ? Celui de Maurice Lévy patron qui se ramasse 16 millions d’euros d’argent de stocks option de poche pillés sur les richesses produites par les salariés et des patrons qui s’augmentent de 30 % par an.

Le “vrai” travail ? Qu’est ce qu’il y connaît ce cul doré de Sarkozy ?"

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 08:57

Telematin.JPGJe n'ai rien contre Brides les Bains ni d'ailleurs contre le domaine des Trois Vallées... sauf que!

Ce jour, Télématin commence à nous dérouler son programme d'idées anti-crise... Aujourd'hui, Isabelle Martinet nous fait miroiter la possibilité de passer quelques jours à Brides les Bains pour pas moins de 1700 € la semaine pour 4 personnes (repas non compris a priori...). brides-les-bains.jpg

Alors, je me pose cette simple question: quelle famille avec petits salaires peut raisonnablement envisager ce genre de séjour? Alors, anti-crise peut-être, mais seulement pour ceux qui ont déjà des moyens conséquents! La crise n'est pas la même pour tout le monde!

Si les autres "petits trucs" anti-crise sont de même nature les jours prochains, on se rend compte qu'il y a vraiment un gouffre entre les nantis et les autres...

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 17:23

Manif 6Mardi, les enseignants sont descendus dans les rues de Bar le Duc pour la première manifestation unitaire de cette année scolaire.

Manif 2Le comuniqué de l'intersyndicale est sans ambiguïté.

"Depuis 4 ans, le Ministère de l’Education nationale a supprimé plus de 52 000 postes.

Le dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux met l’Ecole publique à genoux, ne lui permettant plus d’assurer ses missions de Service public. Ce dogme ne permet plus aux personnels d’exercer leur métier avec sérénité et professionnalisme.

Les personnels de l’Education, les parents et les jeunes se sont mobilisés régulièrement au cours de cette année pour dénoncer les 16 000 nouvelles suppressions de postes effectives à la rentrée scolaire alors même que plus de 60 000 élèves supplémentaires sont attendus. Ces suppressions associées au manque d’ambition éducative dégradent encore plus les conditions d’apprentissage des élèves et de travail des personnels.

Dans ce contexte, la campagne publicitaire sur les recrutements lancée par le Ministre de l’Education nationale sonne comme une provocation d’autant que la préparation du prochain budget prévoit de nouvelles suppressions d’emplois et n’affiche d’autre objectif pour le système éducatif que la recherche d’économies.Manif 4

Si le gouvernement cherche à tromper l’opinion en affirmant sans cesse, comme si cela pouvait convaincre, que l’on peut faire « plus avec moins », la France reste un des pays qui investit le moins dans son éducation et donc dans l’avenir.

En plus de la question fondamentale des postes, la politique éducative, l’avalanche de mesures inadaptées, incohérentes et précipitées maintiennent un système éducatif inégalitaire qui ne permet pas de lutter réellement contre l’échec scolaire.

La nécessité d’une toute autre politique éducative passe aussi par un budget plus volontaire, avec l'arrêt des suppressions d’emplois et une transformation démocratique du système éducatif afin d’assurer la réussite de tous les élèves.

Manif 2Aujourd’hui plus que jamais, notre pays a besoin d’un système éducatif qui s’attaque réellement aux inégalités scolaires et traite la situation des élèves en grande difficulté. D’autres choix pour la réussite de tous les jeunes sont nécessaires afin que l’École remplisse les objectifs d’une École démocratique, ambitieuse et émancipatrice." Manif 1Manif 3

Et le fait que l'enseignement privé se soit joint à cette manifestation est très significatif du désarroi de toute la communauté éducative.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 08:55

Manif EVS 5Mercredi, les suppressions pures et simples des postes d'EVS dans les écoles étaient au coeur de la manifestation organisée par le SE-UNSA. Après une brève occupation du trottoir devant le siège de Pôle Emploi, le cortège s'est dirigé, sous protection policière bienveillante, vers le rond-point de la gare. Transformé en forum d'exposition médiatique, celui-ci a été investi de façon tout à fait originale pour marquer le tollé suscité par la suppression de ces emplois, "rien" que 200 dans le département de la Meuse. Manif EVS 8

Certes Monsieur Chatel, ministre de tutelle a fait miroiter la création de 4000 emplois... mais cela va se déduire à une vingtaine sur le département... pour qui? pour quelles missons? pour quelles écoles? Car bien sûr, avec un si petit nombre, toutes les écoles ne seront pas servies!Manif EVS 6

Manif EVS 7Manif EVS 3Manif EVS 1Manif EVS 2Manif EVS 4Dommage que les enseignants, directeurs d'écoles et autres enseignants dont le quotidien est concerné par cette mesure n'aient pas été plus nombreux à faire savoir leur mécontentement.

Plus facile apparemment de laisser une petite poignée de passionnés se battre pour le grand nombre... ainsi va la vie...

En tout cas, merci à ceux qui se sont déplacés... il ne faut pas oublier que derrière ces emplois supprimés ça n'est pas seulement de l'aide administrative en moins, ce sont aussi des vies... et des revenus pour des familles!

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 07:54

affiche_silhouette-1.jpgRetour à Pôle Emploi plutôt amer pour 200 EVS (Emplois de Vie Scolaire) en cette rentrée scolaire. Le ministre de l’Education Nationale n’a pas respecté le protocole d’accord sur la direction d’école signé avec le Syndicat des Enseignants SE-UNSA faisant disparaître ainsi 200 emplois de notre département. Ces 200 emplois de droit privé qui existaient en Meuse depuis 2006 étaient dédiés à l’assistance administrative aux directeurs d’écoles. C'est un nouveau coup porté à l'emploi en Meuse, un nouveau coup dont personne ne se fait l'écho, hormis le Syndicat des Enseignants SE-UNSA.

Au-delà de ce nouveau coup porté à l'Ecole Publique, c'est prioritairement une sale rentrée, porteuse de situations humaines souvent dramatiques. Des emplois précaires certes, mais des emplois, 20 heures par semaine, certes, mais bien souvent apportant le seul revenu de la famille.

De plus la façon de procéder reste un modèle d'irrespect et de dédain.

En effet, comme cela a été le cas en particulier à Verdun, de nombreux salariés dont le contrat devait être prolongé ont appris cette nouvelle au moment où ils venaient signer leur renouvellement. Comment qualifier de tels procédés ? Ces Emplois de Vie Scolaire ont été traités comme des "kleenex", ni plus, ni moins. Je prends, je jette.

L’Etat employeur ne devrait-il pas montrer l’exemple en matière de gestion des ressources humaines ? Et en période de crise, ne devrait-il pas conforter l’emploi plutôt que de le supprimer ?

Il est vrai que la suppression de tous ces emplois va sûrement contribuer à sauver nos finances publiques nationales grévées par d'autres problèmes de choix... car qui va s"élever contre le retour à Pôle Emploi de ces milliers d'EVS sur toute la France? On préfère protéger les hauts revenus, s'appliquant avec soin à ne pas déstabiliser leur fragile équilibre de vie quotidienne ...

Pour demander le retour de ces 200 emplois dans notre département, pour demander le retour des aides administratives dans les écoles, l’UNSA 55 et le SE-UNSA  appellent les directeurs, les enseignants, les anciens EVS et tous ceux qui se sentent concernés par l’emploi en Meuse à se rassembler

mercredi 21 septembre à Bar le Duc à 14h30 devant Pôle Emploi

(16 rue Theuriet – à 100m de la gare SNCF).

Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 08:10

Décidément, la mauvaise foi fait feu de tout bois!

"la ville de Bar-le-Duc s'honorerait, dans une démarche d'égalité, de fraternité et de solidarité républicaines, d'aider notre peu nombreuse communauté israélite à remettre en état ce cimetière, vu l'ampleur des dégâts dont elle n'est pas responsable"

Ce jour, dans l'Est Républicain, une lettre ouverte à Nelly Jaquet, maire de Bar le Duc, lui fait grief de n'avoir rien entrepris pour la remise en état du cimetière israélite de la ville à la suite de déprédations commises en octobre 2010. Nous avons tous partagé une profonde indignation à la constatation de cet acte indigne.

Alors, malgré le profond respect que j'éprouve à l'égard de la communauté israélite de Bar le Duc, je ne peux que m'insurger contre cette allégation d'un de ses membres qui vise au premier chef Nelly Jaquet.

C'est oublier un peu vite l'aide proposée par la ville de mettre à disposition
de l’association cultuelle les compétences du personnel municipal pour les formalités administratives, la gestion et la direction des travaux des services municipaux.

C'est enfin oublier la décision, malgré le caractère privé du cimetière, de proposer le vote par le conseil municipal, à l'initiative de Nelly Jaquet elle-même, d'une subvention à l’association cultuelle israélite de la Meuse à hauteur de 30 % du coût des réparations (dont le montant total est estimé entre 33 000 et 50 000 euros), subvention certes limitée à un plafond de 15 000 euros, mais qui témoigne d'une main tendue à la communauté.

Je n'ai pas coutume de répondre par l'intermédiaire de mon blog à des interpellations concernant la municipalité, mais quand la mauvaise foi est à ce point flagrante, je considère comme légitime que soit donnée une information dont tous les Barisiens n'ont peut-être pas eu connaissance.

Stigmatiser ainsi la ville de Bar le Duc ne fait pas honneur à celui qui s'insurge... qu'il se renseigne donc...

Mais relativisons... cette lettre ouverte n'est sûrement pas le reflet de ce que pensent tous les membres de la communauté israélite.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Diana André
  • : Conseillère Régionale Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine depuis janvier 2016 et attachée plus que jamais à la défense et à la promotion de notre territoire, je m'efforce d'être force de propositions, d'accompagner les projets, d'initier des actions significatives de progrès pour tous les citoyens.Bien consciente qu'être à l'écoute ne suffit pas, je suis persuadée que c'est par l'action politique au service de tous que nous pourrons, que nous devons, "inventer demain".
  • Contact

Recherche