Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 10:38
Néocotinoïdes, le retour

On peut s'irriter que lors de la troisième lecture de la loi Biodiversité, les députés se soient finalement accordés sur une interdiction des néonicotinoïdes à partir de septembre 2018, mais avec des dérogations possibles jusqu’au 1er juillet 2020. On aurait préféré que la date butoir de 2018 soit claire et nette.

Mais, plus localement, je m'interroge sur la position de notre député maire Bertrand Pancher, ci-devant défenseur affiché de la protection de la biodiversité, chantre avéré de la défense de toute petite bête, de plume ou de poil ou d'écaille, qui publie sur sa page Facebook "Après de longs débats, aux alentours d’1h du matin, je n’ai pas réussi à faire passer un texte de consensus qui aurait apaisé les agriculteurs..."

En substance, il désirait que soit effective la date butoir de 2020. Et pourtant les alternatives existent et deux années sont suffisantes pour faire sortir ces produits (néonicotinoïdes) des fermes.

Alors, je m'adresse à lui: " Vous rejoignez donc les "sénatueurs" d'abeilles. Pourtant, à grand renfort d'affichage et de publicité, vous avez mis en place la démarche d’Agenda 21 sur la ville de Bar le Duc. Vous dites en d’autres lieux avoir été un des acteurs du Grenelle, vous en avez été le co-rapporteur et nous pouvions imaginer que la biodiversité était pour vous un postulat. Comment pouvez-vous vous prononcer pour la poursuite de l’utilisation des néocotinoïdes alors que ceux-ci font partie des insecticides les plus nocifs qui soient et concourent à l’effondrement des populations de pollinisateurs? A priori, vous préférez défendre le grenadier de roche ou la lingue bleue, plutôt que les abeilles… Alors oui, on ne peut que se féliciter de l’adoption d’un tel texte, même s'il présente des restrictions!"

On s'interroge... ou plutôt, on ne s'interroge plus... Si j'osais... Mais sans doute irais-je trop loin... Les agriculteurs disposent d'un bulletin de vote, alors que les abeilles ne votent pas... Et pourtant je connais nombre d'agriculteurs, qui, conscients de leur responsabilité dans la préservation et de l'importance de la biodiversité, n'hésitent pas à modifier leurs pratiques au service de cette biodiversité. A noter que les pêcheurs des mers australes n'ont pas de bulletins de vote concernant la Meuse... ceci explique peut-être cela...

Repost 0
Published by Diana ANDRE - dans Coups de gueule
commenter cet article
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 10:25

Abonnée à la lettre électronique de la 'Gauche par l'exemple", je me permets de répondre par ce message ouvert à "G. Amard", qui la diffuse, sûrement avec fierté et délectation...

Monsieur ou Madame Amard, (si vous existez "en vrai", comme disent les enfants) bonjour,

C'est toujours avec un certain esprit de sidération que j'accueille vos lettres d'info, initiées par une association d'élus de gauche, que vous avez eu la bonne idée de dénommer "La gauche par l'exemple". Un titre qui permet d'augurer des positions constructives, des idées pertinentes, avec une dimension de qualité intrinsèque leur permettant d'être reprises tout au moins en partie par le gouvernement. Je les lis donc toujours avec attention, pensant, naïvement sûrement, que je vais y trouver encouragements, propositions honnêtes et de bon aloi.

Et aujourd'hui, je suis gâtée! L'exemple proposé veut que l'on s'y attarde quelque peu. L'indigence des propos que vous soumettez à vos lecteurs me laisse pantoise... Aucune imagination, hormis celle calquée sur les contre vérités reprenant les litanies entendues à longueur de journée. Bel exemple!!!

Et tout et son contraire pour enfumer le citoyen! Je relève dans ce ramassis, ce fatras, et si j'osais, ce "foutras", " Les enseignements dispensés doivent être les mêmes sur tout le territoire de la République, le temps scolaire aussi." Une vérité incontestable, et qui est bien garantie par les nouvelles dispositions. Temps scolaire et enseignements restent de la prérogative de l'Etat.

Elus du parti de gauche, décillez-vous les yeux, dégagez-les de la boue quelque peu nauséabonde qui obstrue vos paupières, et reprenez votre bâton de pourfendeur des injustices (je n'ose utiliser l'expression bâton de pèlerin, qui serait encore mal interprétée!) pour que cette réorganisation du temps scolaire soit, au contraire, synonyme de réussite pour nos enfants. Qu'auriez-vous lancé comme diatribe à l'adresse de ce gouvernement s'il n'avait contraint les collectivités à assurer l'accueil jusqu'à ce fameux 16h30... ?

Les élus du parti de gauche se sont-ils manifestés vent debout quand la semaine est passée à 4 jours? Les élus du parti de gauche se sont-ils élevés contre ces 3 heures à assumer par les familles?

Alors, basta, on abroge! et on fait quoi pour que ce ré-étalement des heures d'enseignement dont tous les spécialistes reconnaissent le bien-fondé se passe au mieux?

S'opposer sans jamais accompagner, démolir sans jamais construire, dénigrer sans jamais proposer, telle est certainement la devise du parti de gauche, en tout cas celle qui semble sous-tendre son existence. Une gauche, à laquelle je me refuse, aujourd'hui, à mettre une majuscule. Une gauche qui ne semble travailler qu'à l'échec de celle au pouvoir, une gauche qui ne paraît exister qu'à la lumière d'actions de désinformation et de démolition de tout ce qui est entrepris pour redresser le pays laissé dans un champ de ruines, une gauche qui pour trouver une légitimité accompagne sans vergogne tous les corporatismes, une gauche à bout de souffle, à bout d'idées crédibles, une gauche qui semble oublier les principes de solidarité...
Ce n'est certes pas le parti de gauche qui permettra d'avancer dans ce pays! 

Alors, bon dimanche à vous et à tous les élus de ce parti de gauche, dans la douceur d'un feu de bois, partageant bonne pitance et caressant votre chat ronronnant, avec le sentiment "benèze" (patois saintongeais) sous des dehors frondeurs, d'avoir œuvré pour le bien des petits Français.

Cordialement

Repost 0
Published by Diana ANDRE - dans Coups de gueule
commenter cet article
11 novembre 2013 1 11 /11 /novembre /2013 13:40

Lorraine sinistréeNous avons tous devant les yeux les images terribles des paysages dévastés des Philippines. Le typhon a laissé derrière lui des dizaines de milliers de cadavres dans les rues et sous les décombres, des centaines de milliers de sans-abris. Des images fortes, des images de douleur... La presse, à ce moment, fait son "job", informant le monde entier de cette catastrophe climatique.

Une autre presse, régionale celle-ci, choisit de faire la une de son supplément de sport sur une autre catastrophe et titre: "La Lorraine sinistrée". Je laisse juges les lecteurs d'appréhender tout le sens contenu dans le mot "sinistrée". Je veux bien comprendre qu'un mot peut avoir plusieurs significations, ce qui fait, indéniablement, la richesse de la langue française.  On a déjà évoqué la Lorraine sinistrée lors de la fermeture de sites sidérurgiques; en terme d'emploi, cela pouvait se concevoir. Sauf, que là, aujourd'hui, on frise le ridicule!

La coïncidence du titre donné à cet article, dont la publication est certainement prévue depuis quelque temps, avec la survenue des terribles évènements asiatiques n'est pas du plus judicieux, c'est le moins qu'on puisse dire! Un peu de retenue eut été de mise et aurait commandé de choisir un terme de meilleur aloi.

Comment peut-on ainsi mettre en parallèle, au travers d'un mot, deux situations qui n'ont rien de comparable? D'un côté, des milliers de morts, des milliers de vies brisées, des villes à reconstruire, une économie à remettre en ordre de marche... et de l'autre, rendez-vous compte, je cite, "La Lorraine est repassée sous la barre historiquement basse des dix équipes seniors présentes en championnat national. Une misère. Dopés par les féminines, les chiffres concernant les licenciés n’incitent pas non plus à l’optimisme. Alerte !"

Des pelouses bien tondues, une herbe rasée de près, des sportifs bien proprets, des subventions plus que conséquentes des collectivités, des spectateurs qui n'hésitent pas à mettre la main au portefeuille...alerte... mais, diantre, la planète lorraine foot est en danger!

Pauvre Lorraine! Pauvre France, où l'on fait feu de tout bois!

Et, vais-je oser l'écrire, pauvres Philippins!

Repost 0
Published by Diana ANDRE - dans Coups de gueule
commenter cet article
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 17:38

Foot.jpgMême pas honte... les dirigeants des clubs de foot pro annoncent un prochain weekend sans match afin de protester contre cette taxe qui s'adresse à tous ceux qui perçoivent plus d'un million d'euros.

Pour sauver le foot, qu'ils disent!

Pauvres petits footeux riches... ils ne peuvent plus pousser le ballon tranquillement... les entraîneurs ne peuvent plus entraîner paisiblement, les sélectionneurs ne peuvent plus sélectionner sereinement...

Des montants de rémunérations pharamineux et des transferts scandaleux ... et ils en rajoutent une couche!

Ces pros-là ne sont animés que par l'argent, salaires, rémunérations de toutes sortes, "royalties" des sponsors... C'est le sport-fric!

A l'heure où l'on demande à chacun de participer au redressement du pays, ces nantis se plaignent et geignent!

Ont-ils conscience de l'argent public dépensé dans la construction des stades, dans l'entretien des équipements, dans l'intervention des forces de l'ordre lors des matches, dans les subventions des collectivités...? De l'argent public issu des impôts, des taxes que paient les Français.

Eh bien, qu'ils fassent grève!

Ce n'est sûrement pas moi qui vais les plaindre et les soutenir dans leur démarche citoyenne!

Alors, le sport, oui... mais pour vivre ensemble une véritable aventure humaine, partager des valeurs de solidarité, de respect de l'autre... ce qu'on inculque aux plus jeunes dans les entraînements et les rencontres des petits clubs amateurs.

Repost 0
Published by Diana ANDRE - dans Coups de gueule
commenter cet article
28 septembre 2013 6 28 /09 /septembre /2013 18:37

Avenir-Radieux.jpgJ'avais un peu traîné les pieds pour aller au théâtre ce soir-là.

Et pourtant, je n'ai pas regretté cette soirée, pleine d'enseignements dans le domaine du nucléaire français.

Nicolas Lambert a ouvert les yeux de beaucoup d'entre nous sur ce qui représente une vaste opération d'enfumage organisée par des politiques de tout bord depuis 1945.

Fables et farces se succèdent, et cela ne fait pas rire, ou alors jaune, comme le fond du sigle bien connu. Les débats publics, lamentables paravents de démocratie, l'indépendance énergétique suspendue au minerai étranger, les réacteurs français sous licence américaine, les attentats meurtriers liés à des manques de parole de l'Etat français, les arbitraires de certains présidents de la République, les valses hésitations d'autres, les enlèvements dont on découvre les raisons probables, l'histoire lamentable du nucléaire français...

Si vous avez l'occasion d'assister à cette pièce jouée par l'auteur, endossant plus d'une vingtaine de personnages, remis en scène à partir de documents authentiques, n'hésitez pas, courez-y vite.

Les  trop nombreux absents de mardi soir ont eu tort... dommage que le trop peu de pub faite à cette remarquable leçon de politique "faction" n'ait pu mobiliser les concitoyens, manipulés que nous sommes par ce lobby extraordinairement résistant et opaque... et en Meuse, en ce qui concerne les déchets induits, ce n'est pas l'ANDRA, complice d'AREVA, EDF et CEA, qui va relever le niveau d'informations transparentes!

Repost 0
Published by Diana ANDRE - dans Coups de gueule
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 17:57

Pour répondre au message reçu du CDAFAL Meuse, intutulé "Politique spectacle".

Politique spectacle... à propos de la présence du chef de l'Etat, de ministres et d'élus locaux sur les lieux de la tragédie de Bobigny.
Mais que n'aurait-on dit alors, si le chef de l'Etat ne s'était rendu sur les lieux?
Il y a là comme un malin plaisir à vouloir à tout prix dénigrer sa volonté de vouloir marquer sa présence lorsqu'un évènement aussi important le lui commande. Il est temps de faire en sorte que chacune de ses prises de position, si médiatique soit-elle, ne soit pas systématiquement flinguée par ceux qui lui contestent sa légitimité. Que Frédéric Helbert, journaliste, se plaise comme il le dit partager avec tous la face parfois moins visible des enquêtes et reportages diffusés sur tous les médias", relise la citation d'Albert Londres, qu'il a placée dans le bandeau d'accueil de son blog: "Notre rôle n’est pas d’être pour ou contre, il est de porter la plume dans la plaie" et la considère sous un angle humaniste, permettant de faire évoluer les choses à partir d'un évènement, si tragique soit-il.
Porter sa plume dans la plaie n'est pas tremper l'acier dans le sang des victimes pour fustiger qui que ce soit... c'est certes dénoncer quand il le faut et rendre compte des circonstances qui ont fait que les drames se sont déroulés et qu'il est bon que soit porté au public, par un intérêt manifeste du chef de l'Etat, la connaissance de dysfonctionnements potentiellement dangereux.
La présence des politiques ne doit pas systématiquement s’interpréter comme une récupération! C'est aussi pour eux parfois, lors d'évènements hors norme, une prise de conscience qui, lorsque cela s'avère indispensable, amène à infléchir des orientations décisionnelles.
A la lumière de cet accident tragique, le citoyen français découvre qu'il y a urgence à s'attaquer au problème d'entretien des voies de façon plus soutenue. Un sujet de plus à intégrer au long chapitre qui s’égrène depuis un an, celui des situations à gérer, celui de ces problèmes à résoudre qui ne l'ont pas été en temps voulu, avec en corollaire des actions à mener qui imposent des choix. Car il y a des choix à faire... choix éminemment politiques qui pourront bien entendu ne pas plaire à tout le monde! Et s'il n'y avait que l'état des voies ferrées...
Cela, ça n'a rien à voir avec ce qui fut fait il y a encore peu de temps, lors du précédent quinquennat, à savoir, "un évènement, une loi"!

Repost 0
Published by Diana ANDRE - dans Coups de gueule
commenter cet article
19 mai 2013 7 19 /05 /mai /2013 13:59

Encore aujourd'hui sur l'Est Républicain, un article concernant le CMP (Centre Mondial de la Paix), et glissée parmi d'autres, de nouveau la réaffirmation de l'annonce du déménagement du CDDP (Centre Départemental de Documentation Pédagogique) à Verdun... Et personne ne bouge, ne lève le petit doigt pour s'interroger!

J'y vais donc de mon coup de gueule, et je pose la question au directeur du CMP: quel intérêt de délocaliser le CDDP à Verdun? En faire un centre d’expertise franco-allemande 14/18!

Je crois rêver! Je vais tenter d'expliquer mon indignation à ceux qui ne savent pas ce qu'est un centre de documentation pédagogique, en l'occurence ce qu'est celui de Meuse. Installé dans les locaux proches de l'IUFM, il a depuis des années mutualisé sa documentation avec le CDI de l'IUFM (Institut Universitaire de Formation des Maîtres). De ce fait, c'est devenu, une extraordinaire source de documentation au service de tous les pédagogues. C'est vraiment le fleuron des CDDP de l'Académie, un fleuron que l'on démantèle au nom de la Mémoire. Et pourtant chacun sait que j'ai l'esprit tout à fait ouvert à des initiatives qui valorisent tout le tavail actuellement entrepris autour de ce sujet.

Le CDDP de Meuse, c'est un organisme adossé à l'antenne de formation initiale des enseignants et incontournable dans le domaine de leur formation continue. Et dans le contexte de la transformation imminente des IUFM en ESPE (Ecole Supérieure du professorat et de l'Education), que trouve-t-on de mieux à faire? Supprimer l'accès des futurs étudiants à des services performants, à des salles dédiées, salles informatiques, salles de documentation, salles de formation... Impossible dans les locaux de Verdun, et bien sûr, un éloignement incontournable, impossible de mettre à disposition tout cela au CMP, dans des locaux exigus, qui ne pourront qu'assurer un service minima, uniquement dédié à 14/18!

Pourquoi la Mission Histoire ne réfléchirait-elle pas à une autre option? Celle par exemple de mobiliser une personne à Verdun en lieu et place de tout le personnel exerçant à Bar le Duc, avec la mission spécifique de ne délocaliser que ce qui concerne le sujet cher aux politiques du département?

La Meuse, département éloigné des centres de formations universitaires, voit son pôle de formation explosé, privé d'un centre de documentation remarquable. Car celui-ci peut participer à la formation de nombreuses filières, de toute nature, avec un fonds intéressant qui ne peut que s'étoffer pour répondre à toute demande de formation.

A l'heure où l'on cherche à faire revenir à Bar le Duc des formations supérieures, il serait temps que la célébration du centenaire de 14/18, qui comme chacun le sait, ne durera que 4 ans (comme l'aurait confirmé un certain La Palice), ne plombe pas un peu plus un site qui travaille pour l'avenir des enfants de Meuse.

Car, qui peut honnêtement mettre en balance les travaux de ce centenaire et l'avenir de nos jeunes? A part se faire plaisir en surfant sur les événements à la mode... Ceux-ci ont certes leur place, mais pas au détriment de structures qu'il convient à tout prix de préserver. Car, je suis persuadée, que ce ne sont pas les évènements qui tournent autour de ce centenaire qui sortiront notre Meuse de sa langueur, mais bien sa jeunesse et tous les efforts que nous ferons pour sa formation.

Repost 0
Published by Diana ANDRE - dans Coups de gueule
commenter cet article
25 février 2013 1 25 /02 /février /2013 08:58

photo enfant 1Partout, on entendait dire, dans tout milieu, qu'il soit social ou politique, que la réforme dite "refondation de l'école" était mal emmanchée car elle manquait de la dimension réflexion sur le long de l'année... Encore lors de la dernière séance en Conseil Général, à l'occasion d'interventions au sujet de la réorganisation de la semaine scolaire, toutes les voix étaient unanimes pour plaider en faveur du raccourcissement des vacances d'été.

Et voilà, le ministre de l'Education Nationale se risque à évoquer ce qui découle du bon sens... six semaines en été, sur deux zones, avec dans l'année, une organisation de l'année scolaire beaucoup plus équilibrée. Encore prend-il la précaution de la planifier pour après 2015...photo-enfant-2.JPG

Alors, tout le monde devrait être content, n'est-il pas? Syndicats d'enseignants compris...

Eh ben, non!!!

C'est la classe politique de "droite" vent debout, dézinguant encore les propos du ministre et invitant le chef du gouvernement à remettre de l'ordre dans ses troupes...

C'est la classe syndicale (enfin d'une certaine) vent debout, réclamant concertation (maître mot à la mode)...

Il paraît que les parents (on va vite en besogne et on met tout le monde dans le même charter) ne sont pas très chauds... il paraît que les acteurs du tourisme ne sont pas très chauds...

A-t-on demandé leur avis aux enfants, à ceux qui n'ont pas les moyens de partir en vacances, ou si peu, à ceux qui n'ont que le centre aéré pour horizon, et encore, pour seulement quelques semaines, à ces ados en peine qui traînent leur inaction pendant des jours ?

Qui n'a pas entendu des familles se plaindre que cette période d'été est beaucoup trop longue, que les enfants finissent par s'ennuyer?

Cela, c'est pour le constat que chacun a pu faire et vivre, c'est la partie visible.

Mais le fond est plus que tout d'une importance capitale. Améliorer les performances de nos écoliers, cela passe inexorablement par plus de jours de classe! Nul ne peut le nier! photo enfant 3Et comment faire sans raccourcir les vacances d'été, les plus longues sur notre planète?

Alors, certes, une concertation s'impose... le principe est posé par le ministre, on en entend parler depuis des années, chacun s'accorde à dire en aparté que cela n'est pas "déconnant", les modalités sont à définir...

Au gouvernement maintenant de trouver avec tous les partenaires un consensus! Eh ben, c'est pas gagné!

Où est là-dedans l'intérêt de l'enfant? Car c'est de cela qu'il s'agit, l'intérêt de l'enfant... Tout est dit, l'intérêt de l'enfant... l'enfant, sacrifié sur l'autel de la démesure, laminé par des réactions d'une partialité démesurée, le grand oublié au milieu de la cacophonie d'un marigot de vertueux qui ne se complaisent qu'à s'entredéchirer au nom d'intérêts qui ne sont en vérité que les leurs.... rapporter des voix, faire la une de la presse, tirer à boulets rouges sur l'adversaire (politique ou syndical), marquer sa différence par quelque moyen que ce soit (même si au fond, on est pour), en un mot, exister...

Pauvre enfance de France! Toi qui es l'enjeu des querelles de ces adultes, la balle que l'on se renvoie sans vergogne, le chiffon que l'on brandit comme un étendard, c'est ainsi que tu fais l'apprentissage de la citoyenneté, celle qui devrait être au-dessus de toute considération partisane...

Il y a encore bien du chemin à parcourir dans notre démocratie.

photo-enfant-4.JPG

Repost 0
Published by Diana ANDRE - dans Coups de gueule
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 09:45

Dès que j'entends, que je lis des commentaires sur la réforme des rythmes de l'enfant à reformeRytmesScol'école, réforme initiée par Vincent Peillon, mon sang ne fait qu'un tour!

A mon avis, le seul argument qui ne soit pas irrecevable est celui qui fait état d'un manque d'intervenants aptes à un encadrement éducatif de qualité. Mais la qualification en terme de diplômes n'est pas nécessaire, je connais de bonnes volontés, des personnes non diplômées qui ont des compétences et qui œuvrent déjà dans le domaine de l'animation de moments partagés avec les enfants. Néanmoins, engageons alors les initiatives dans le domaine de la formation, recensons les moyens dont disposent déjà les territoires, nous verrons que des solutions qu'on ne soupçonne pas de prime abord existent, mutualisons et partageons.

Mais quand les élus s'arc-boutent sur un seul schéma d'organisation pour décréter que c'est impossible, alors là je m'insurge. Car on entend partout qu'assurer l'encadrement des enfants de 15h30 ou 45 à 16h30 ne permet pas de trouver du personnel pour trois quarts d'heure par jour, cela devient un peu lassant.

Qui a décrété que c'était trois quarts d'heure par jour en fin d'après-midi? Rien dans les mots du décret ne le laisse entendre.

Pour remettre quelque peu les pendules à l'heure, il faut répéter que toute latitude dans l'organisation de la semaine est possible, dans le cadre fixé par le décret.

Quel est-il ce cadre? Une semaine de 24h00 sur cinq demi-journées qui ne peuvent excéder chacune trois heures trente, le tout lié à une pause méridienne qui doit être d'une heure trente minimum.

A partir de ces principes simples, tout est permis.

Les schémas proposés en exemple dans le fascicule transmis aux collectivités et aux écoles ne sont que des exemples. Et comme chacun sait, un exemple ne reste qu'un exemple. Mais bien sûr, le plus simple est sorti comme argument de combat!

Alors oui, il faudra revoir les habitudes, oui il faudra revoir les pratiques, oui le temps de l'enfant devient une "priorité" partagée. Oui, il faudra sûrement réunir les bonnes volontés pour que ce temps soit intelligemment organisé.

Prendre en compte également que la première heure de l'après-midi n'est guère propice aux apprentissages, tout le monde le constate et j'en sais quelque chose dans ce domaine, ayant eu à moduler ma pratique professionnelle pour m'adapter à ce manque de réaction "positive".

Placer des activité périscolaires en journée bouleverse certes les habitudes établies... j'en conviens. Mais on peut établir un calendrier original, on doit faire preuve d'inventivité et d'imagination...

Faire en sorte qu'un même personnel de périscolaire intervienne un jour de la semaine en début d'après-midi dans une classe, puis en fin d'après-midi dans la classe voisine, on inverse pour le lendemain, on module les plages d'intervention plus longues et les plus courtes en fonction des projets, en fonction des actions proposées...

Il y a tant d'idées positives imaginables, il y a déjà dans diverses communes tant d'expériences riches d'organisations partagées au service des apprentissages. Puisons dans ce catalogue, prenons les idées qui émergent, élaborons nos propres schémas, en un mot, osons!

Certes le coût reste peut-être un frein, c'est certain et je ne peux le nier... L'accompagnement financier prévu ne suffira pas à couvrir toutes les dépenses. Certes travailler un mercredi est un bouleversement du temps de chacun, enfant, parent et enseignant...

Mais quand a été décrétée la suppression du samedi entraînant la fameuse semaine dite des "quatre jours", et donc une réduction des heures d'apprentissage, tout le monde ou presque s'est engouffré dans le système sans rien trouver à redire, sans lire la "petite ligne" qui laissait la possibilité de travailler le mercredi... On est bien conscient maintenant que cette réduction n'a pas été bénéfique.

Cette première étape d'étaler les heures d'enseignement est une bonne initiative, reste à réduire le temps des vacances, à repenser le contenu des programmes... tout ne se fait pas en un jour en France! Il faut en bousculer du monde accroché à ses petites habitudes, à son petit confort (me restent en travers les manifestations iniques des enseignants du primaire de la capitale, des nantis de première!)

Alors, oui, aujourd'hui, c'est une obligation... alors que ce soit en 2013 ou en 2014, le paysage n'aura pas changé, la terre tournera toujours dans le même sens!

Ce n'est que le début de la refondation de l'école, une première exigence qui dérange, qui bouscule. Depuis des mois la concertation est de mise, des sites dédiés, officiels ou non, ont été largement ouverts à tous ceux qui voulaient s'exprimer, des discussions ont eu lieu. Que ceux qui arguent qu'il n'y a pas eu concertation le démontrent.

On entend, "ça va trop vite, on n'a pas le temps, on n'est pas prêt"... mais tout est comme ça en France, tout prend du temps... même des choses simples se plaisent à "méandrer" entre arcanes administratives, études alibis, suspections d'illégitimité, délais de mise en place, reports de décision... on tergiverse, on ergote, on palabre, on gesticule, on discutaille, on chipote, on pinaille, on chicane, on biaise, on finasse, on louvoie, on temporise, on atermoie, on diffère, on proroge, on remet, on retarde, on reporte, on repousse, on tourne en rond, on laisse sous la pile, on ne sait jamais, au cas où ça changerait! En France, il est urgent d'attendre! "Attendre et voir", tout un programme!

Quant à la réduction des vacances scolaires, le sujet va encore certainement entraîner bien des polémiques de la part de lobbies de toutes sortes!

Un autre argument, celui des transports scolaires... j'ai du mal à comprendre... Le Conseil Général suivra, les circuits resteront en l'état, mais prendront en compte le mercredi, dès 2013, partout où c'est nécessaire.

Qu'entend-on aussi? Le raisonnement se basant sur la liberté pour les collectivités d'organiser ou non ce temps périscolaire, de faire payer les parents ou de le rendre gratuit... alors, de bien-pensants, sous prétexte d'une prétendue dimension sociale du sujet, opposent que c'est un accompagnement à deux vitesses, pour d'un côté les enfants dont les parents pourront payer, pour d'un autre côté ceux qui seront laissés pour compte!

Mais on marche sur la tête! Quel est ce genre de collectivité qui choisirait en priorité d'aménager des places de parking, des massifs de fleurs, de rénover des fontaines, de subventionner outre mesure des manifestations ponctuelles, d'engager des études coûteuses (et j'en passe)? Puis-je ajouter, au risque de créer polémique, que je me suis laissé dire qu'en certain coin de Meuse, des collectivités bénéficient de mannes exceptionnelles qui pourraient abonder de beaux projets éducatifs au service de nos jeunes... N'est-il pas "structurant" (puisque c'est le mot à la mode) de proposer à nos enfants de véritables moments éducatifs hors du temps scolaire?

Et si l'image de territoire rural que sait si bien se donner la Meuse, si cette image trouvait là une occasion de démontrer que la "ruralité" n'est pas qu'une terre où chacun parfois se replie sur ses compétences, n'est pas qu'un frein mais aussi une terre qui sait s'ouvrir à la modernité, à la prise en compte de tous et se change en une image de progrès social, proposé et pris en charge par tous? Dans tous les villages, on fait des efforts pour nos aînés, la vie associative est riche... changeons le regard que nous portons sur nos jeunes. Pourquoi ne pas imaginer que ce temps périscolaire puisse se prolonger en extrascolaire et porter un enjeu fort qui pourrait participer à prévenir ces conduites d'adolescents désœuvrés dans les rues de nos villages. C'est évidemment une autre histoire, mais pourquoi pas?

Pour terminer, j'ai plaisir à me remémorer une parole rafraîchissante et pleine de bon sens, prononcée à l'issue d'un débat complètement à charge, d'un parti pris d'une partialité confondante et dérangeante, mené par la Ligue de l'Enseignement de Moselle, de cet élu d'une commune du Pays Haut, : "On trouve bien de l'argent pour remplacer une conduite d'eau ou d'assainissement, on en trouvera pour nos gamins!"

Il est de notre devoir à tous, enseignants et élus, de relever ensemble ce beau défi, au travers d'un véritable engagement citoyen, afin de faire en sorte que chacun de nos petits Meusiens se construise, dans les meilleures conditions, la place qu'il mérite dans la société de demain.

Repost 0
Published by Diana ANDRE - dans Coups de gueule
commenter cet article
22 janvier 2013 2 22 /01 /janvier /2013 13:09

reformeRytmesSco.jpgEncore des Parisiens qui font la une des journaux... les enseignants du primaire de la ville de Paris... Sous prétexte que les enfants sont fatigués le vendredi, ils s'élèvent contre le futur décret de réorganisation de la semaine scolaire... et la trop grande rapidité avec laquelle tout cela se met en place. Le temps ne fait rien à l'affaire. Les récalcitrants traîneront toujours les mêmes arguments, que ce soit en 2014 ou en 2015 ou après...

On peut penser que ces enseignants parisiens craignent surtout de voir échapper quelques-uns des "privilèges" qui facilitent leur prise en charge des élèves (en particulier intervention systématique d'intervenants de la ville pour dispenser cours de musique, d'arts visuels, de sport) et dont ne bénéficient pas les enseignants de France et de Navarre.

Alléger la journée purement "enseignement" des enfants nécessite de repenser ses pratiques et peut-être effectivement de voir ses horaires d'adulte modifiés. Une demi-journée de plus pour les enseignants n'est certes pas une nouvelle agréable pour ces nantis de la capitale... Mais n'en doutons pas, leurs intérêts seront préservés...

C'est franchement désolant! Comment veut-on réformer quoi que ce soit quand s'élèvent systématiquement les voix de ceux qui se sont confortablement installés dans un cocon égoïste? Où est l'intérêt des enfants dans cette vaste entreprise de critiques démagogiques?

Il revient à chaque partenaire (enseignants, collectivités, parents) intervenant dans cette si belle mission que représente l'EDUCATION de prendre ses marques et de tout faire pour que la semaine scolaire soit équilibrée, harmonieuse et offre à tout enfant les conditions les plus adéquates afin que chacun y trouve le chemin d'un épanouissement personnel au service de son avenir.

Repost 0
Published by Diana ANDRE - dans Coups de gueule
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Diana André
  • Le blog de Diana André
  • : Conseillère Régionale Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine depuis janvier 2016 et attachée plus que jamais à la défense et à la promotion de notre territoire, je m'efforce d'être force de propositions, d'accompagner les projets, d'initier des actions significatives de progrès pour tous les citoyens.Bien consciente qu'être à l'écoute ne suffit pas, je suis persuadée que c'est par l'action politique au service de tous que nous pourrons, que nous devons, "inventer demain".
  • Contact

Recherche