Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mars 2009 4 19 /03 /mars /2009 11:30
En liaison avec l'exposition "La Résistance en Meuse" à l'Hôtel du Département, le service des Archives Départementales organisait une conférence sur le thème de la sauvegarde des archives de la Résistance et de la Déportation. Etait invité le Préfet Convert, directeur général de la Fondation de la Résistance.
Ayant pu assister à la première partie de cette très intéressante rencontre, je vous en livre quelques éléments recueillis lors de la présentation du "Guide du détenteur d'archives de la Résistance et de la Déportation".
La sauvegarde de ces archives est une mission d'intérêt national: il s'agit avant tout de maintenir des traces de l'histoires et de leur assurer une conservation optimale pour l'avenir. Confier ces documents aux services publics d'archives, c'est aussi en permettre la consultation aux chercheurs, qui après un inventaire établi par des spécialistes, pourront s'y repérer. La recherche historique sera ainsi facilitée. En effet, leur travail est fait en priorité sur les fonds d'archives cohérents et complets, et la dispersion d'archives est un risque pour leur sauvegarde.
Cette mise en valeur historique pour une transmission de la Mémoire aux générations futures est capitale.
Il est indispensable de veiller à empêcher la destruction de ces documents, et de même doit-on lutter contre leur utilisation lucrative. Confier ses documents personnels
permet également de garantir leur utilisation dans des règles rigoureuses, surtout quand elles contiennent des informations nominatives.
Tous les types d'archives ont un intérêt, quel que soit leur forme ou leur aspect: témoignages sollicités après guerre, témoignages écrits par les acteurs eux-mêmes, témoignages qui doivent être bien entendu recoupés avec d'autres sources. Les témoignages réalisés pour des dossiers d'homologation sont également intéressants par l'aspect sociologique qu'ils recouvrent... Ce sont des documents retrouvés dans les archives associatives, chez les particuliers ou dans les services liquidateurs de l'état.
Les bulletins et publications associatifs sont également une priorité pour les historiens, par les statuts et compte-rendus d'assemblées générales des associations.
 Quant aux archives de la période de l'Occupation, ce sont les plus rares. Il y a grande variété de formats, depuis les papillons 10x4 collés sur les gouttières aux journaux clandestins de format A4, en passant par les affiches, un peu plus grandes.
Les supports sont également variés: de la simple feuille de cahier d'écolier pour un ordre personnel pour une mission à du papier pelure carboné pour une multiple diffusion. Les calques (doubles des envois aux réseaux), les dessins de prisonniers sont également très recherchés.
Les faux papiers sont particulièrement intéressants, car ils comportent une photo.

Et les photos nous apportent de nombreux renseignements, pour peu qu'on puisse y associer les témoignages d'une personne y figurant, pouvant nous indiquer les circonstances de la prise de vue et les noms des acteurs photographiés.




Les documents issus des services de l'occupant sont également très pertinents, montrant l'affichage de contrevérités.

Et comme tout témoignage, qu'il soit écrit ou iconographique ou sonore, il se doit d'être repris dans son contexte: qui en est l'auteur? quand a-t-il été réalisé? dans quelles circonstances?
Et là, c'est le travail des historiens que de couper et recouper ces fragments de passé, pour en faire, avec le plus d'objectivité possible, une relation "honnête".
Et pour illustrer mon propos, je peux, tout à fait personnellement (hors conférence),
évoquer cet exemple de l'exposition, en avril 2008,
de photos de Zucca, photographe de la revue allemande de "SIGNAL", qui montre un Paris idyllique sous l'Occupation, exposition qui a créé un réel malaise... car accompagné de trop peu de commentaires...
Illustrations tirées du Guide du détenteur d'archives de la Résistance et de la Déportation, et de l'expo actuellement au Conseil Général
Comment sauvegarder ses archives... voir article

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Diana André
  • : Conseillère Régionale Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine depuis janvier 2016 et attachée plus que jamais à la défense et à la promotion de notre territoire, je m'efforce d'être force de propositions, d'accompagner les projets, d'initier des actions significatives de progrès pour tous les citoyens.Bien consciente qu'être à l'écoute ne suffit pas, je suis persuadée que c'est par l'action politique au service de tous que nous pourrons, que nous devons, "inventer demain".
  • Contact

Recherche