Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2008 7 09 /11 /novembre /2008 13:43
Vendredi, des élus de la CODECOM de Bar le Duc étaient en visite à l'usine d'incinération de Tronville. Après un accueil sympathique, avec café et petits macarons,  par Monsieur Police, directeur de l'usine, celui-ci nous a exposé les différents aspects de l'incinération des déchets et de leur valorisation. Sur une superficie de 1,75 ha, l'usine mise en service en 1983 traite 27000 tonnes par an de déchets. et fournit 28000 MWh/an.
Coiffés d'un casque de chantier et revêtus d'une chasuble fluo, nous avons ensuite visité l'usine.
Les camions de collecte passent à travers un portique permettant de détecter une éventuell
e radio activité puis déversent les déchets dans la fosse. Avec un grappin, le pontier mélange les déchets puis les amène jusqu'au four où ils seront brûlés.
Y sont associés des déchets d'activités de soins à risques infectieux, dont la proportion ne doit pas dépasser 10% de la masse totale des déchets incinérés. Ceux-ci arrivent dans
des containers spéciaux, sous sacs en plastique ou cartons spécifiques. Après vidage, les containers sont lessivés.
La chaleur dégagée par le four est récupérée pour produire de l'eau chaude sous forme de vapeur. Ainsi, en 2006, le site a livré 17469 tonnes de vapeur à la société Rhovyl, implantée à proximité du site, lui évitant le recours aux combustibles fossiles et l'économie de 4800 tonnes équivalents pétrole.
Cette même valorisation énergétique des déchets contribue à la prévention d
u risque climatique puisqu'elle évite les émissions de CO2 et de méthane et contribue à la protection du climat par la substitution aux énergies fossiles dans les centrales énergétiques classiques. Le bilan CO2 de la valorisation des déchets est extrêmement favorable : pour une même énergie produite (1 MJ), les déchets émettent 45g de CO2 fossile contre 100g pour le charbon, 75g pour le fioul et 55g pour le gaz naturel. En outre, le coût de la tonne de CO2 évitée est très largement inférieur pour les déchets que pour les autres énergies renouvelables (de 7 à 20 € contre 80 € pour la biomasse et plus de 1 000 € pour le photovoltaïque).
Les fumées sont épurées par traitement humide ou sec avec filtre à manches et electrofiltre pour réduire au maximum les polluants selon les normes. A la sortie du four, on récupère des ferrailles 600 tonnes par an) et des mâchefers (7800 tonnes par an) qui seront réutilisés. Les résidus non récupérables sont compactés et asséchés puis envoyés au centre de stockage de Laimont.
L'usine bénéficie d'une certification ISO 14001, norme environnementale qui garantit : respect de la réglementation, engagement d'un progrès continu, engagement de la prévention de la pollution.
Le suivi est effectué par la CLIS, en collaboration avec des associations environnementales et la préfecture .
"Les performances environnementales relevées confirment l'innocuité de l'incinérateur: les rejets atmosphériques, mesurés en continu à la cheminée par des analyseurs
présentent des valeurs de dioxines et métaux lourds très inférieures
aux seuils fixés par la réglementation tout comme les résultats des prélèvements effectués sur les légumes de potagers (salades, carottes, tomates) exposés au panache de l'usine à Tronville-en-Barrois et à Nançois sur Ornain, qui se révèlent largement inférieurs aux valeurs repères ou réglementaires en vigueur"
Reste à espérer que des progrès seront encore accomplis et dans la production moindre des déchets et dans leurs différents traitements pour aboutir à une valorisation optimum.

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Divers
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Diana André
  • Le blog de Diana André
  • : Conseillère Régionale Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine depuis janvier 2016 et attachée plus que jamais à la défense et à la promotion de notre territoire, je m'efforce d'être force de propositions, d'accompagner les projets, d'initier des actions significatives de progrès pour tous les citoyens.Bien consciente qu'être à l'écoute ne suffit pas, je suis persuadée que c'est par l'action politique au service de tous que nous pourrons, que nous devons, "inventer demain".
  • Contact

Recherche